Imatges de pàgina
PDF

LE ROI ET SON CORPS DE BATAILLE. 95

« querre secours au conte d'Anjou, que je voi là en <t mi les chans. » Et je li dis: « Mes sires Erars, il « ine semble que vous feriés vostre grant honour, se « vous nous aliés querre aide pour nos vies sauver, « car la vostre est bien en aventure. » Et je disoie aien voir; car il fu mors de celle bleceure. Il demanda "onsoil à touz nos chevaliers qui là estoient, et tuit li ouerent ce que je li avoie loei; et quant il oy ce, il ne pria que je li lessasse aler son cheval, que je li enoie par le frain avec les autres ; et je si fiz.

227. Au conte d'Anjou vint, et li requist que il me enistsecourre moy et mes chevaliers. Uns riches hom lui estoit avec li, li desloa; et li cuens d'Anjou li dist [ue il feroit ce que mes chevaliers li requeroit: son rain tourna pour nous venir aidier, et plusour de ses erjans ferirent des esperons. Quant li Sarrazin les irent, si nous lessierent. Devant ces sergans vint mes ires Pierres de Alberive, l'espée ou poing; et quant

vit que RSarrazin nous orent lessiés, il courut sur rat plein de Sarrazins qui tenoient mon signour 'aoul de Vaunou, et le resçoy. mout blecié. vwiwuj

XLVII. LE CORPS DE BATAILLE DU ROI ATTAQUE
LES SARRASINS.

228. Là où je estoie à pié, et mi chevalier, aussi
leciez comme il est devant dit, vint li roys à toute sa

bataille, à grand noyse et à grand bruit de trompes et de nacaires; et se aresta sur un chemin levei. Mais onques si bel armei ne vu car il paroit desur toute sa gent dès les espaules en amont, un heaume dorei en son chief, une espée d'Alemaingne en sa main.

229. Quant il fu là arestez, sui bon chevalier que il avoit en sa bataille, que je vous ai avant nommez, se lancierent entre les Turs, et plusour des vaillans chevaliers qui estoient en la bataille le roy. Et sachiés que ce fu uns très-biaus fais d'armes ; car nulz n'i traioit ne d'arc ne d'arbalestre, ainçois estoit li fereis de maces et d'espées, des Turs et de nostre gent, qui tuit estoient mellei. Uns miens escuiers, qui s'en estoit fuis_ atout ma baniere et estoit revenus à moy, me bailla un mien roncin flament sur quoy je montai, et me trais vers le roy touz coste à coste.

230. Endementres que nous estiens ainsi, mes sires Jehans de Waleri li preudom vint au roy, et li dist que il looit que il se traisist à main destre sur le flum, pour avoit l'aide dou duc de Bourgoingne et des autres qui gardoient l'ost que nous aviens lessié, et pour ce que sui serjant eussent à boire ; car li chaus estoit ji grant levez.

231. Li roys commanda à ses serjans que il li alassent querre ses bons chevaliers, que il avoit entour li de son consoil ; et les nomma touz par lour non. Li serjant les alerent querre en la bataille, où li hutins estoit grans d'aus et des Turs. Il vindrent au roy, et lour demanda consoil; et il distrent que mes

[graphic][ocr errors]

HÉSITATION DANS LES MANŒUVRES. 97

sires Jehans de Waleri le conseillent mout bien; et lors commanda li roys au gonfanon Saint-Denis et à ses banieres qu'il se traisissent à main destre vers le flum. A l'esmouvoir l'ost le roy, rot1 grant noise de trompes, de nacaires et de cors sarrazinnois.

232. Il n'ot guieres alei quant il ot plusours messaiges dou conte de Poitiers son frere, dou conte de Flandres et de plusours autres riches homes qui illec avoient lour batailles, qui tuit li prioient que il ne se meust; car il estoient si pressei des Turs que il ne le pooient suivre. Li roys rapela touz ses preudomes chevaliers de son consoil, et tuit li loerent que il atendist; et un pou après mes sires Jehans de Waleri revint, qui blasma le roy et son consoil de ce que il estoient en demeure. Après, touz ses consaus li loa que il se traisist sur le flum, aussi comme li sires de Waleri li avoit loei.

233. Et maintenant li connestables mes sires Hymbers de Biaujeu vint à li, et li dist que li cuens d'Artois, ses freres, se defïendoit en une maison à la Massourë, et que il l'alast secourre. Et li roys li dist: « Connestables, alés devant, je vous suivrais» Et je dis au connestable que je seroie ses chevaliers, et il m'en mercia mout. Nous nous meismes à la voie pour aler à la Massoure.

234. Lors vint uns serjans à mace au connestable, touz effraez, et li dist que li roys estoit arestez, et li

*. Prétérit de ravoir (il y eut derechef).

JvINVILLE. llist. de saint Louis. 7

« AnteriorContinua »