Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors]

ENGINS BRULES PAR LE FEU GRÉGEOIS. 89

barons de l'ost, et lour pria que chascuns li donnast dou niefrien de ses neis pour faire un chat pour bouchier le flum; et lour moustra que il veoient bien que il n'i avoit boiz dont on le peust faire, se ce n'estoit dou merrien des neis qui avoient amenei nos harnois amont. Il en donnerent ce que chascuns vout; et quant cis chas fu fais, li merriens fu prisiez à dix mille livres et plus.

212. Li roys atira aussi que l'on ne bouteroit le chat avant en la chaucie jusques à tant que li jours venroit que li roys de Sezile devoit guietier, pour restorer la mescheance des autres chastiaus qui furent ars à son guiet. Ainsi comme l'on l'otjitirié, ainsi fu fait; car si tost comme li roys de Sezile fu venus à son gait, il fist bouter le chat jusques au lieu là ou li dui autre chat-chastel avoient estei ars.

213. Quantli Sarrazin virent ce, il atirierentque tuit lour seize engin geteroient sur la chaucie, là où li chas estoit venus. Et quant il virent que nostre gent redoutoient à aler au chat, pour les pierres des engins qui cheoient sur la chaucie par où li chas estoit venus, il amenerent la perriere, et geterent le feu grejois ou chat et l'ardirent tout. Ceste grant courtoisie fist Diex à moy et à mes chevaliers; car nous eussiens le soir guietié en grant peril, aussi comme nous eussiens fait à l'autre guiet, dont je vous ai parlei devant.

XLV. PASSAGE DU FLEUVE A GUÉ. MORT DU COMTE D'ARTOIS.

214. Quant li roys vist ce, il manda tcuz ses barons pour avoir consoil. Or acorderent entre aus que il n'averoient pooir de faire chaucie par quoy ils peussent passer par devers les Sarrazins, pour ce que nostre gent ne savoient tant bouchier d'une part comme il en desbouchoient d'autre.

215. Lors dist li connestables messires Hymbers de Biaujeu au roy, que uns Beduyns estoit venus qui li avoit dit que il enseigneroit un bon guei, mais que l'ont li donnast cinq cens besans. Li roys dist que il s'acordoit que on li donnast, mais que il tenist veritei de ce que il prometoit. Li connestables en parla au Beduyn, et il dist que il nen. enseigneroit jà guei se l'on ne li donnoit les deniers avant. Acordei fu que l'on les li bailleroit, et donnei li furent.

216. Li roys atira que li dus de Bourgoingne et li riche home d'outre mer qui estoient en l'ost, guieteroient l'ost, pour ce que l'on n'i feist doumaige; et que li roys et sui troi frere passeroient ou guei là où li Beduyns devoit enseignier. Ceste chose fu emprise et atirie à passer le jour de quaresme-prenant1, à laquel journée nous venimes au guei le Beduyn. Aussi comme l'aube dou jour apparoit, nous nous atirames

'1. Le mardi gras 8 février 1250.

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinua »