Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors][ocr errors]

AMBASSADE DES TARTARES. 57

Entre les autres, li manda que il estoit prez de li aidier à conquerre la Terre-Sainte, et de delivrer Jherusalem de la main aus Sarrazins.

134. Li roys reçut mout debonnairement ses messaiges, et li renvoia les siens, qui demourerent dous ans avant que il revenissent à li. Et par les messaiges, envoia li roys au roy des Tartarins une tente faite en la guise d'une chapelle, qui,mout cousta; car elle fu^ toute faite de bone escarlate finne. Et li roys, pour veoir se il les pourroit atraire à notre creance, fist entaillier en ladite chapelle, par ymaiges, l'Anonciacion Nostre-Dame et touz les autres poins de la foy 1. Et ces choses lour envoia-il par dous freres preescheours qui savoient le sarrazinnois, pour aus moustrer et enseignier comment il devoient croire.

135. Il revindrent au roi li dui frere, en ce point que li frere au roy revindrent en France; et trouverent le roy qui estoit partis d'Acre, là où sui frere l'avoient lessié, et estoit venus à Cesaire i là où il la fermoit ; ne n avoit ne paiz ne treves aus Sarrazins. Comment li messaige le roy de France furent receu, vous dirai-je aussi comme il meismes le conterent au roy 3 ; et en ce que il raporterent au roy, pourrez oïr mout de merveilles, lesquex je ne vueil pas conter, pour ce que il me couvenroit derompre ma matiere que j'ai commencie, qui est teix.

136. Je, qui n'avoie pas mil Jivrées de terre, me

1. Voy. g 411. I 3. Voyez co récit circonstancié,

2. Césaréeen Samarie, voy. 2470. I ?g 472 à 492.

charjai, quant j'alai outre mer, de moy disiesme de chevaliers et de dous chevaliers banieres gortans 1; et m'avint ainsi que, quant je arivai en Cypre, il ne me fu demourei de remenant que douze vins livres de tournois, ma nef paie; dont aucun de mes chevaliers me manderent que se je ne me pourveoie de deniers, que il me lairoient. Et Diex, qui onques ne me failli, me pourveut en tel maniere que li roys, qui estoit à Nichocie 2, m'envoia querre et me retint, et me mist huit cens livres en mes cofres; et lors oz-je plus de deniers que il ne me couvenoit.

XXX. L'impératrice De CONSTANTINOPLE ARRIVE EN CHYPRE.

137. En ce point que nous sejournames, en Cypre, me manda l'empereris de Constantinnoble3 que elle estoit arivée à Baphe *, une citei de Cypre, et que je l'alasse querre, je et mes sires Erars de Brienne. Quant nous venimes là, nous trouvames que uns forz venz oiroinpues les cordes des ancres de sa nef, et en ot menei5 la nef en Acre; et ne li fu^ de

1. Voy. U 109 et «2.

2. Nicosie, capitale de CJiypre.

3. Marie, fille de Jean d'Acre ou de Brienne, femme de Beaudouin il

4. Baphe ou Baffe (g 625), ancienne Paphos.

5. Nous dirions aujourd'hui, et eut emmené; mais au temps de Joinville la préposition en n'était

[ocr errors]
« AnteriorContinua »