Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[table]

SAINT LOUIS PREND LA CROIX. 47

XXIV. SAINT LOUIS TOMBE MALADE ET SE CROISE
EN 1244.

106, Après ces choses desus dites avint, ainsi comme diex vout, que une grans maladie prist le roy à Paris, dont il fu à tel meschief, si comme on le disoit, que l'une des dames qui le gardoit li vouloit fraire le drap sur le visaige, et disoit qu'il estoit mors. Et une autre dame, qui estoit à l'autre part lou lit, ne»li souffri mie; ainçois disoit qu'il avoit encore l'ame ou cors.

107. Et comme il oyt le descort de ces dous dames, Nostre Sires ouvra en li et li envoia santei tantost; car il estoit esmuyz et ne pouoit parler. Et si tost qu'il fu en estat pour parler, il requist que on li donuast la croiz, et si fist-on. Lors laroyne sa mere oy dire lue la parole li estoit revenue, et elle en fist si grant joie comme elle pot plus. Et quant elle sot que il fu^ Toisiez, ainsi comme il meismes le contoit, elle mena aussi grant duel comme se elle le veist mort.

108. Après ce que il fu croisiez, se croisierent Robers li cuens d'Artois, Auphons cuens de Poitiers, Charles cuens d'Anjou, qui puis fu roys de Cezile, tuit troi freres le roy, et se croisa Hugues dus de Uourgoingne, Guillaumes cuens de Flandres, freres le 'omte Guion de Flandres, nouvellement mort1, H bons Hues cuens de Saint-Pol, mes sires Gauchiers ses niez, qui mout bien se maintint outre mer, et mout eust valu se il eust vesçu.

1. Gui de Dampierre mourut le 7 mars 130^. •

109. Si i furent li cuens de la Marche et mes sires Hugues li Bruns ses fiz, li cuens de Salebruche, mes sires Gobers d'Apremont ses freres, en cui compaingnie, je Jehans, sires de Joinville, passames la mer en une nef que nous louames, pour ce que nous esI tiens cousin; et passames de là atout vint chevaliers., dont il estoit li disiesme et je moy disiesme1.

XXV. JOINVILLE SE PRÉPARE A PARTIR POUR
LA CROISADE.

110. A Pasque, en l'an de grace que li miliaires couroit par mil dous cenz quarante et_huit, mandai-je ,jnes homes et mes fievez à Joinville; et la vegile de ladite Pasque, que toute cele gent que je avoie mandel estoient venu, funez, Jehans mes fiz sires de Ancerville, de ma premiere femme, qui fu suer le conte de Grantprei2. Tout celle semainne fumes en feste et en quarole, que mes freres li sires de Yauquelour, et li autre riche home qui là estoient, donnerent à man

1. Mot à mot, quorum ille erat se decimo et ego me decimo; c'està-dire que le comte de Sarrebryck Jimu d'Apremont) et Joinville

étaient chefs chacun de neuf chevaliers. Voy. § 123.

2. Alix, sœur de Henri VI, comte de Jrandpré.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinua »