Imatges de pàgina
PDF

PÈLERINAGE DE JOINVILLE A TORTOSE. 251 mer; et lors uns povres chevaliers ariva en une barge, et sa femme et quatre fil que il avoient. Je les fiz venir mangier en mon hostel. Quant nous eumes mangié, je appelai les riches homes qui leans estoient, et lour diz: « Fesons une grant aumosne, et deschar(gons cest povre home de ses enfants; et preingne ( chascuns le sien, et je en penrai un. » Chascuns en prist un, et se combatoient de l'avoir. Quant li povres chevaliers vit ce, il et sa femme, il commencierent å plorer de joie.

596. Or avint ainsi, que quant li cuens d'Eu revint de mangier de l'ostel le roy, il vint reoir les richeshomes qui estoient en mon hostel, et me tolli le mien enfant, qui estoit de l'aage de douze ans, liquex servi le conte si bien et si loialement que, quant nous revenimes en France, li cuens le maria et le fist chevalier. Et toutes les foiz que je estoie là où li cuens estoit, à peinne se pooit departir de moy, et me disoit : « Sire, Diex le vous rende ! car à ceste honnour ( m'avez-vous mis. » De ses autres trois freres ne saije que il devindrent.

CXVII). PÈLERINAGE DE JOINVILLE; MÉPRISE

DE LA REINE; PIERRE MERVEILLEUSE.

597. Je priai au roy que il me lessast aler en pelerinaige å Nostre Dame de Tortouze, là où il avoit mout grant pelerinaige, pour ce que c'est li premiers autels qui onques fust fais en l'onour de la Mere Dieu sur terre. Et y fesoit Notre Dame mout grans miracles; dont entre les autres i avoit un hors dou senz qui avoit le dyable ou cors. Là où sui ami, qui l'avoient leans amenei, prioient la Mere Dieu qu'elle li donnast santei, li ennemis, qui estoit dedans, lour respondi : «Nostre Dame n'est pas ci, ainçois est en Egypte, « pour aidier au roy de France et aus crestiens qui ( aujourd'hui ariveront en la terre, il å pié, contre la « paennime à cheval. »

598. Li jours fu mis en escrit et fu aportez au legat; que il meismes " le me dist de sa bouche. Et soiés certeins qu'elle nous aida; et nous eust plus aidié se nous ne l'eussiens couroucie, et li et son Fil, si comme j'ai dit devant.

599. Li roys me donna congié d'aler là, et me dist à grant consoil que je li achetasse cent camelins de diverses colours, pour donner aus Cordeliers quant nous venriens en France. Lors m'assouaga li cuers; car je pensai bien que il n'i demourroit gueres. Quant nous venimes à Triple, mi chevalier me demanderent que je vouloie faire des camelins, et que je lour deisse : « Espoir, fesoie-je, si les robai-je pour gaaingnier, )

600. Li princes 3 (que Diex absoille !) nous fist si grant joie et si grant honour comme il pot onques; et eust donnei à moy et à mes chevaliers grans dons, se

1. Au lieu de que il meismes, le manuscrit le plus ancien porte que monseigneur.

[ocr errors]

3. Boémond Vi. (Voy. & 522.)

I

« AnteriorContinua »