Imatges de pàgina
PDF

LXXIX. LE ROI AJOURNE SES RÉCLAMATIONS CONTRE

LES SARRASINS. RÉCIT DE LA TRAVERSÉE.

401. Tandis que li roys atendoit la delivrance son frere, envoia li roys frere Raoul, le frere preescheour, à un amiral qui avoit à non Faracataie", l'un des plus loiaus Sarrazins que je veisse onques. Et li manda que il se merveilloit mout comment il et li autre amiral soufrirent comment on li avoit ses treves si vileinnement rompues; car on li avoit tuei les malades que il devoient garder, et fait dou merrien de ses engins, et avoient ars les malades et les chars salées de porc que il devoient garder aussi.

402. Faracataie respondi à frere Raoul et dist : « Frere, Raous, dites au roy que par ma loy je n'

ira « puis mettre consoil; et ce poise moy. Et li dites de" « par moy que il ne face nul semblant que il li anuie, « tandis que il est en nostre main; car mors seroit. » Et il loa que si tost comme il venroit en Acre, que il li en souvieigne.

403. Quant li roys vint en sa nef, il ne trouva onques que sa gent li eussent riens appareillié, ne lit, ne robes; ainçois li couvint gesir, tant que nous fumes en Acre, sur les materas que li soudans li avoit bailliez, et vestir les robes que li soudans li avoit fait baillier et taillier, qui estoient de samit noir, forrei

[ocr errors]

2

3

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

ENTRETIENS DU ROI ET DE JOINVILLE. 169 de vair et de griz; et y avoit grant foison de noiaus touz d'or.

404. Tandis que nous fumes en la mer, par six jours, je qui estoie malades, me seoie touz jours decoste le roy. Et lors me conta il comment il avoit estei pris, et comment il avoit pourchacie sa reançon et la nostre, par l'aide de Dieu. Et me fist conter comment je avoie estei pris en l’yaue; et après il me dist que je devoie grant grei savoir à Nostre Signour, quant il m'avoit delivrei de si granz perilz. Mout regretoit la mort dou conte d'Artois son frere, et disoit que, mout envis, se fust tant souffers de li venir veoir comme li cuens de Poitiers, que il ne le fust venus veoir es galies.

405. Dou conte d'Anjou, qui estoit en sa nef, se pleingnoit aussi à moy que nulle compaignie ne li tenoit. Un jour, demanda que li cuens d'Anjou faisoit; et on li dist. que il jouoit aus tables å mon signour Gautier d’Anemoes . Et il ala là touz chancelans pour la flebesce de sa maladie; et prist les dez et les tables et les geta en la mer; et se courouça mout fort å son frere de ce que il s'estoit si tost pris à jouer aus deiz. Mais mes sires Gautiers en fu li miex paiez; car il geta touz les deniers qui estoient sus le tablier (dont il y avoit grant foison) en son geron, et les emporta.

1. Nemours.

LXXX. TRIBULATIONS DE JOINVILLE A ACRE.

406. Ci après orrez de plusours persecucions et tribulacions que j'oy en Acre, desquiez Diex, à cui je m'atendoie et à cui je m’atent, me delivra. Et ces choses ferai-je escrire, pour ce que cil qui les orront aient fiance en Dieu en lour persecucions et tribulacions; et Diex lour aidera aussi comme il fist moy.

407. Or disons donc que quant li roys vint en Acre, toutes les processions d’Acre li vindrent à l'encontre recevoir jusques à la mer, à mout grant joie. L'on me amena un palefroi. Si tost comme je fu montez sus, li cuers me failli; et je dis à celi qui le palefroy m'avoit amenei, que il me tenist que je ne cheisse. A grant peinne me monta l'on les degrez de la sale le roy. Je me assis å une fenestre, et uns enfes delez moi (et avoit entour dix ans de aage), qui avoit à non Berthelemin, et estoit fiz bertars å mon signour Ami de Monbeliart signour de Monfaucon'.

408. Endementres que je seoie illec, là où nus ne se prenoit garde de moy, là me vint uns vallez en une cote vermeille à dous roies jaunes, et me salua, et me demanda se je le cognoissoie ; et je li dis nanin. Et il me dist que il estoit d'Oiselair, le chastel mon oncle. Et je li demandai à cui il estoit; et il me dist que il n'estoit à nullui, et que il demourroit avec moy, se je

1. Voy. 8 332

« AnteriorContinua »