Imatges de pÓgina
PDF
EPUB

BANKS.

SHAKSPEARE.

Cet ouvrage, dû au ciseau de Banks, fut exécuté pour l'échevin Boydell; il orne la façade d'un édifice public dans Pall-Mall qui contenait la Galerie de Shakspeare, mais qui appartient maintenant à l'Institution Britannique. Le Barde de l’Avon y est représenté assis entre la Muse dramatique et la Peinture, celle-ci indique ce grand poète comme sujet digne de son pinceau ; sur la tablette, au-dessous, se trouvent ces deux vers anglais :

« He was a man take him for all in all,
I sball not look upon his like again. »

C'était un homme dans toute la force du terme. Je ne reverrai jamais son pareil.

Les figures sont bien conçues et gracieuses, mais le costume de Shakspeare n'est pas celui de son siècle et n'est combiné d'après aucune autorité classique. Quant à la draperie des muses, l'artiste a visé à la légèreté ; cependant son succès est un peu douteux.

Le modèle qui servit à faire ce monument fut présenté à la cité de Londres par Boydell; maintenant il décore un des salons civiques de Guildhall.

[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][subsumed][merged small][merged small][merged small]

WILKIE.

DISTRAINING FOR RENT.

SICKNESS, or accident, or the failure of the expected harvest, has brought poverty and wretchedness upon a couple, whose appearance, corresponding with the order and neatness of their dwelling, is sufficient assurance that neither prudence, economy, or exertion, could avert the overwhelming calamity. Their distress has called forth the warmhearted sympathy of their neighbours, who crowd around them in the hour of need, with such consolation and assistance as their humble means afford. A young woman takes the infant from the lap of the fainting wife, and the older children, terrified at the scene, cling to their afflicted parents; the husband has thrown himself on a chair, and clasps his aching head in an agony of suffering; while his brother, burning with indignation, vehemently expostulates with their oppressor. He is restrained by an aged man, who endeavours to soften the Bailiff, who, standing in the middle of the room replies to the tears and remonstrances of the sufferers, by coolly exhibiting his legal authority. Near him are seen the Appraiser and his assistant busied in the fulfilment of their hateful employment,

This picture is a production of the highest order; and for conception, character, and expression; for pathos and depth of feeling; for spirited drawing, and vigorous colouring, may be named with the most celebrated examples : and if among the thousands who flock to the annual Exhibitions of the British Metropolis, and who dwell with prolonged delight on the works of the highly-gifted Painter, a sight of this picture has impressed one rich or powerful individual with the ruinous impolicy of trusting the management of his tenants to Stewards or Middle-men, the Artist has conferred a benefit on mankind.

Distraining for Rent, has been finely engraved by A. Raimbach; who is also the fortunate possessor of the original.

WILKI E.

LA SAISIE.

REPRÉSENTATION par une main de maitre d'un événement qui n'arrive que trop souvent. Une maladie, un accident, peut-être une mauvaise récolte a plongé dans la misère un couple dont la mine, qui répond à l'ordre et à la propreté de l'habitation, indique suffisamment que ni la prudence, ni l'économie, ni aucun effort ne pouvait détourner la calamité accablante. La détresse de ces infortunés excite la commisération des voisins qui s'assemblent autour d'eux pour les consoler et leur offrir les seuls secours que permettent de chétifs moyens. Une jeune personne prend l'enfant de la femme, qui s'est évanouie ; les autres enfans effrayés de cette scène se précipitent auprès de leurs parents affligés; le mari, accablé de douleur, s'est jeté sur une chaise et se frappe la tête, pendant que son frère, brûlant d'indignation, veut faire de vives remontrances à leur oppresseur; mais il est retenu par un vieillard qui cherche à adoucir l'intendant, personnification fidèle d'un cæur impitoyable : debout, au milieu de la chambre, il répond aux larmes et aux supplications qu'on lui fait, en déployant tranquillement le jugement qui l'autorise à agir. Près de lui sont l'huissier-priseur et son clerc; celui-ci témoigne quelque répugnance pour un emploi aussi désagréable, mais son patron fait l'inventaire avec une parfaite indifférence.

Ce tableau est du premier ordre : la conception, le caractère et l'expression, ainsi que le sentiment, le dessin spirituel et un coloris vigoureux, le mettent au rang des plus célèbres ouvrages.

La Saisie a été bien gravée par Raimbach , qui a l'heureux avantage de posséder l'original.

« AnteriorContinua »