Imatges de pàgina
PDF
EPUB

restreignit au simple nécessaire le traitement qu'il leur avait assigné. On leur demanda ce qu'ils avaient avec eux qui eut appartenu à Ahmed. Ils répondirent qu'ils n'avaient aucun objet de valeur; alors le maréchal de la cour alla leur dire que le sultan leur avait destiné un autre logement, et qu'ils eussent à y faire transporter tous leurs bagages. On fit déposer ces effets dans le vestibule du nouvel hôtel, où on les visita. On leur prit une grande quantité d'or, de perles et d'autres objets précieux, entre autres, un chapelet de perles qui appartenait au scheïkh Abdour-rahman, et pouvait valoir cent mille drachmes. Ensuite ces ambassadeurs furent emprisonnés. Abd-our-rahman mourut le 8 28 ram. décembre suivant; quelque temps après Samdagou et les gens de la suite furent élargis; mais le sahib Schems-ud-din Mohammed fut transféré au Caire, où après être resté longtemps incarcéré, il reçut un emploi en

%ypte (0

Dans le temps que le sultan Ahmed envoyait une ambassade solennelle au sultan Kélavoun, pour conclure une paix solide entre les deux États, le souverain d'Egypte

(i) Novaïri. — Macrizi, 4e partie.

s'emparait de deux forteresses importantes; l'une était Cattiba, dans la province d'Amid, située près de Kerker. Comme il était impossible de la prendre de vive force, Kélavoun chercha à gagner la garnison, et dans l'année 1283, ayant appris qu'elle manquait de vivres, il la fit investir par les troupes de Kerker. Alors elle demanda à se rendre; on y fit passer tout de suite des troupes de Biret, Aïntab et Revendant, et on la munit amplement de provisions et d'armes. L'autre était Kakhta, place très-forte par son assiette élevée et la solidité de ses fortifications. La garnison, séduite par des promesses, tua son commandant, qui était musulman, et manda au gouverneur d'Alep qu'elle était prête à livrer la place. Des officiers envoyés par ce gouverneur en prirent possesssion, et ceux qui l'avaient remise furent bien récompensés. L'acquisition de cette place, était d'une grande importance pour les Egyptiens, qui y trouvaient un excellent point d'appui, dans leurs invasions en Cilicie.

Cette même année, le sultan Kélavoun expédia au gouverneur d'Alep, l'ordre d'envoyer un corps de troupes faire le dégât en Cilicie; c'était pour punir les Arméniens d'àvoir incendié la grande mosquée d'Alep, lors qu'ils étaient dans cette ville avec l'armée mongole, deux ans auparavant. Il marcha des troupes d'Egypte et de la province de Damas pour prendre part à cette expédition. Elles entrèrent en Cilicie et pénétrèrent jusqu'à la ville d'Ayas. Lorsqu'elles se retiraient, elles furent attaquées par les Arméniens, près du défilé d'Iskendérouna, mais elles les mirent en fuite et les poursuivirent jusqu'à Tel-Hamdoun, d'où elles regagnèrent leur frontière avec leur hutin (1).

[ocr errors][merged small]

un un un un un un un un un uri un un un un un un un un un un

DES MATIÈRES CONTENUES DANS LE TROISIEME VOLUME.

Chap1tre Prem1er. Ghiath-ud-din, souverain du Khorassan, de l'Irac et du Mazendéran. — Séjour de Djélal-ud-din dans l'Inde. — Son retour en Perse. — Son arrivée dans le Kerman. — Son passage par le Fars. — Il enlève le pouvoir souverain à son frère Ghiath-ud-din. — Hostilités contre le Khalife. — Conquête de l'Azerbaïdjan.— Expédition en Géorgie. — Retour à Tébriz. — Seconde expédition en Géorgie. — Départ de Tiflis pour réduire Borac révolté dans le Kerman. — Combat contre les Mongols. — Défection de Ghiath-ud-din. — Retraite des Mongols. — Sort et fin de Ghiath-ud-din. — Troisième campagne en Géorgie. — Siége de Khélatt. — Prise de cette ville. — Bataille entre Djélal-ud-din et le sultan du Roum, allié au prince de Damas. — Défaite de Djélal-ud-din et sa paix avec ces deux princes. — Arrivée de Tchormagoun. — Défection du vézir Schéref-ul-mulk et de plusieurs généraux du sultan. — Fuite et catastrophe de Djélal-ud-din Page 1

Chapitre II. Ravages des Mongols dans la Mésopotamie, le Courdustan, l'Azerbaïdjan, l'Arménie, la Géorgie, et sur les confins de l'Irac-Aréb. — Leur invasion dans le Roum. — Déroute de l'armée du sultan Keï-Khosrou.— Conquête d'une partie du Roum. — Traité de soumis

[graphic]

LIVRE TV.

sîon de ce royaume. — Évacuation du Roum par les Mongols. — Sac d'Erzendjan. — Expédition d'un corps mongol vers Alep. — Sommation des Mongols à plusieurs princes mahométans. — Soumission du roi de la PetiteArménie. — Nouveaux ravages en Mésopotamie, dans le Diarbekr, et la partie septentrionale de l'Irac-Aréb.— Partage de la Géorgie entre deux princes David. — Les fils de Keï-Khosrou se disputent le trône. — Intervention du grand Khan dans ces querelles. — Seconde invasion de Baïdjou dans le Roum. — Le sultan Yzzud-din vaincu et détrôné. — Son frère Rokn-ud-din placé sur le trône de Conia. — Voyage de Hethoum à la cour de Mangou Page 67

Chapitre III. — Gouverneurs mongols en Perse. — Tchintimour. — Keurgueuz. — Argoun-Aca. — Etablissement de la dynastie Kert dans le pays de Hérat. — Successeurs de Borac-Hadjib dans le Kerman . . ioî

HOULAGOU.

Chapitre IV. Expédition en Perse, résolue dans un Couriltaï au commencement du règne de Mangou. — Préparatifs du prince Houlagou, chargé de la commander. — Composition de son armée. — Sa marche à travers la Tartarie. — Son arrivée en Perse. — Ses dispositions pour détruire les Ismaïliyens. — Croyance religieuse de cette secte mahométane. — Sa doctrine secrète communiquée aux initiés. — Précis de l'histoire des princes ismaïliyens d'Alamout. — L'assassinat organisé par Hassan Sabbah, et fréquemment employé par ses successeurs. — Démêlés du sultan Djélal-ud-din Khorazmschah avec le chef ismaïliyen. — Opérations et négociations de Houlagou pour se rendre maître des châteaux ismaïliyens et de la personne de leur prince

« AnteriorContinua »