Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors][ocr errors]

JOINVILLE SE PRÉPAKE POUR LA CROISADE. 49

gier chascuns li uns après l'autre, le lundi, le mardi, le mercredi et le jeudi.

114. Je lour diz le vendredi : « Signour, je m'en « voi outre mer, et je ne sai se je revenrai. Or venez « avant; se je vous ai de riens mesfait, je le vous « desferai, l'un par l'autre1, comme je ai acoustumei, « à touz ceus qui, vourront rien cjemander ne à rnoy « ne à ma gent. » Je lour desfiz par l'esgart de tout le' commun de ma terre; et pour ce que je n'eusse point d^emport, je me levai dou consoil, et en ting quanque il raporterent, sanz debat.

112. Pour ce que je n'en vouloie porter nulz deniers à tort, je alai lessier à Metz en Lorreinne grant foison de ma terre en gaige. Et sachiez que, au jour que je parti de nostre pals pour aler en la Terre sainte, je ne tenoie pas mil livrées2 de terre; car ma dame ma mere3 vivoit encore : et si y alai, moy disiesme de chevaliers et moy tiers de bannieres*. Et ces choses vous ramantoif-je, pour ce que se Diex ne m'eus^aidié, qui onques ne me failli, je l'eusse sojnffert à peinne par si lonc temps comme par l'espace de six ans que je demourai en Terre sainte.

113. En ce point que je appareilloie pour mouvoir, Jehans sires d'Apremont et cuens de Salebruche de par sa femme1, envoia à moy et me manda que il avoit sa besoigne arée pour aler outre mer, li disiesme de chevaliers; et me manda que se je vousisse, que nous loïssiens2 une nef entre li et moy; et je li otroiai : sa gentet la moie louerent une nef à Marseille.

1. C'est l'équivalent de unpar un.

2. Environ Î0000 francs de noIre monnaie.

3. Béatrlx, fille d'Étienno III, comte d'Auxonne, et de Béatrix,

Juinvii.liï Hist. do saint Louis

comtesse do Chalou - sur-Saône, 4. Il était lui troisième de chevaliers portant bannière (voy. g 138); les mots moy tiers répondent à l'ablatif me tertio.

XXVI. D'un Clerc Qui Tua Trois Sergens Du Roi.

114. Li roys manda tous ses barons à Paris, et lour fist faire sairement que foy et loiautei porteroient à ses enfans, se aucune chose avenoit de li en la voie. Il le me demanda; maiz je ne voz faire point de sairement, car je n'estoie pas ses hom3.

115. Endementres que je venoie, je trouvai trois homes mors sur une charrette, que uns clers avoit tuez; et me dist-on que on les menoit au roy. Quant je oy ce, je envoiai un mien escuier après, pour savoir comment ce avoit estei. Et conta mes escuiers, que je y envoyai, que li roys, quant il issi de sa chapelle, ala au perron pour veoir les mors, et demanda au prevost de Paris comment ce avoit estei.

116. Et li prevoz li conta que li mort estoient troide

1. Laurettc, comtesse de Sarrcbrnek.

2. La désinence iss... pouvait s'employer au lieu de a$g...à l'imparfait du subjonctif de la première conjugaison. Voy. g 170.

3. Joinvillc n'était alors l'homme

ou le vassal que du comte de Champagne ; mais il devint aussi dans la suite l'homme de saint Louis (voy. g 077). Co fut pendant la croisade, lorsque le roi lui conféra une rente à titre de fief, par acte du mois d'avril 1253.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinua »