Imatges de pàgina
PDF

CXV. D'un Clerc Que Joinville Prend Pour

UN ASSASSIN.

588. Tandis que li roys fermoit Sayete, je alai à sa messe au point dou jour, et il me dist que je l'atendisse, que il vouloit chevauchier; et je si fis. Quant nous fumes aus chans, nous venimes par devant un petit moustier, et veismes, tout à cheval, un prestre qui chantoitla messe. Li roys me dist que cis moustiers estoit fais en l'onnour dou miracle que Diex jist dou dyable que il geta hors dou cors de la fille à la veuve femme; et il me dist que se je vouloie, que il orroit leans la messe que li prestres avoitcommencie et je li dis que il me sembloit bon à faire.

589. Quant ce vint à la paiz donner, je vi que li ciers qui aidoit la messe à chanter, estoit grans, noirs, megres et hericiés, et doutai que se il portoit au roy la paiz, que espoir c'estoit uns Assacis, uns mauvais hom, et pourroit occire le roy. Je alai penre la pan au clerc et la portai au roy. Quant la messe fu chantée et nous fumes montei sus nos chevaus, nous trouvames le legat es chans; et li roys s'aprocha de li et m'appela, et dist au legat : « Je me pleing à vous dou « seneschal, qui m'apporta la paiz, et ne vout que li « povres clers la m'aportast. »

590. Et je diz au legat la raison pourquoy je l'avoie fait; et li legas dist que j'avoie mout bien fait. Et li roys respondi: « Vraiement non fist. » Grant descort

ENVOYÉS DU SEIGNEUR DE TREBIZONDE. 249

y ot d'aus dous, et je en demourai en paiz. Et ces nouvelles vous ai-je contées, pour ce que vous veez la grant humilitei de IL. De ce miracle que Diex fist à la fille de la veuve femme parle li Evangiles, qui dit que Diex estoit, quant il fist le miracle, in parte Tyri et Syndonis; car lors estoit la cités de Sur que je vous ai nommée, appelée Tyri; et la cités de Sayette que je vous ai devant nommée, Sydoine.

CXVI. ENVOYÉS DU SEIGNEUR DE TRÉBISONDE; ARRIVÉE DE LA REINE A SAYETTE.

591. Tandis que li roys fermoit Sayete, vindrent à li li messaige à un grant signour dela parfonde Grece, liquex se fesoit appeler le grant Commenie et signour de Trafentesi 1. Au roy apporterent divers joiaus à present. Entre les autres li apporterent ars de cor, dont les coches entroient à vis dedans les ars; et quant on les sachoit hors, si trouvoit l'on que il estoient dehors mout bien tranchant et mout bien fait2.

592. Au roy requistrent que il li envoiast une pucelle de son palais, et il la penroit pour femme. Et li roys respondi que il n'en avoit nulles amenées d'outre mer; et lour loa que il alassent en Constantinnoble à Fempereour, qui estoit cousins le roy, etlirequeissent que il lour baillast une femme pour lour signour, jel gui.fust dou lignaige le roy et dou sien. Et ce fist-il, pour ce que li emperieres eust aliance à cestui grant riche home contre Vatache, qui lors estoit emperieres des Griex.

1. Comnène, seigneur de Trdbi- | 2. Cetlo phrase est fort obscure sonde. I et peut-être altéVée.

593. La royne, qui nouvelement estoit relevée de dame Blanche, dont elle avoit géu à Jaffe, ariva à Sayette ; car elle estoit venue par mer. Quant j'oy dire qu'elle estoit venue, je me levai de devant le roy et alai encontre li, et l'amenai jusques ou chastel.

594. Et quand je reving au roy, qui estoit en sa chapelle, il me demanda se la royne et li enfant estaient naitié; et li diz oil. Et il me dist: « Je soy bien « quant vous vous levates de devant moy, que vous « aliés encontre la royne; et pour ce je vous ai fait « atendre au sermon. » Et ces choses vous ramentoifje, pour ce que j'avoie jà estei cinq ans entour li, que encore ne m'avoit-il parlei de la royne ne de ses enfans, que je oïsse, ne à autrui ; et ce n'estoit pas bone maniere, si comme il me semble, d'estre estrange de sa femme et de ses enfans.

CXVII. D'un Pauvre Chevalier

ET DE SES QUATRE FILS.

595. Le jour de la Touz-Sains 1, je semons touz les riches homes de l'ost en mon hostel, qui estoit sur la

1. Le 1er novembre 1253.

« AnteriorContinua »