Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors]

LE ROI RESTE ET RENVOIE SES FRÈRES. 183

saint-Jehan. Or avint ainsi que le jour de la saint- f Jaque 1, quel2 pelerins je estoie et qui mainz biens m'avoit fiut^li roys fu revenus en sa chambre de la messe, et apelason consoil qui estoit demourez avec li : c'est à savoir mon signour Perron le Chamberlain, qui fu li plus loiaus hom et li plus droituriers que je veisse onques en hostel de roy; mon signour Geffroy de Sergines, le bon chevalier et le preudome; mon signour Gilon le Brun, et bon chevalier et preudome, cui li roys avoit donnei la connestablie de France, après la mort mon signour Hymbert de Biaugeu le preudome.

439. A ceus parla li roys en tel maniere tout haut, aussi comme en couroussant : « Signour, il a jà un « moys que l'on sait ma demourée, ne je n'ai encore « oy nouvelles que vous m'aiés retenu nulz chevaliers. « — Sire, firent-il, nous n'en poons mais; car chas« cuns se fait si chier, pour ce que il s'en vuelent aler « en lour païs, que nous ne lour oseriens donner ce « que il demandent. — Et qui, fist li roys, trouverés« vous à meillour marchié? — Certes, sire, firent-il, « le -sencschal de Champaingnc; mais nous ne li osec riens donner ce qu'il demande. »

440. Je estoie à l'instant enmi la chambre le roy, et oy ces paroles. Lors dist li roys : « Apelez-moi le se« neschal. » Je alai à li et m'agenoillai devant li; et il me fist seoir, et me dist ainsi: « Seneschaus, vous c savés que je Tous ai mout amei, et ma gent me (lient « que il vous treuvent dur. Comment est-ce? — Sire, « fis-je, je n'en puis mais; car vous savez que je fu c pris en l'yaue, et ne me demoura onques riens que t je ne perdisse tout ce que j'avoie. » Et il demanda que je demandoie; et je dis que je demandoie dous mille livres jusques à Pasques1 pour les dous pars de l'année.

1. Le 25 juillet 1250. I plus loin (§ 455) en quel mcssaige

S. Quel signifie duquel. Voyez I signifiant in rnjus légationem.

441. c Or me dites, fist-il, avez-vous barguignié c nulz chevaliers"? » Et je dis: « Oyl, mon signour « Perron de Pontmolain, li tiers à baniere^ qui cous« tent quatre cens livres jusques à Pasques. > Et il conta par ses doiz. « Ce sont, fist-il, douze cens livres « que vostre nouvel chevalier cousteront. — Or regar« dez, sire, fis-je, se il me couvenra bien huit cens « livres pour moy monter et pour moy armer, et pour « mes chevaliers donner à mangier : car vous ne vouc lés pas que nous mangiens en vostre ostel. » Lors dist à sa gent : « Vraiement, fist-il, je ne voi ci point « d'outraige; et je vous retieng, » fist-il à moy.

LXXXVII. LES FRÈRES DU ROI S'EMRARQUENT. ENVOYÉS DE L'EMPEREUR FRÉDÉRIC II ET DU SOUDAN DE DAMAS.

442. Après ces choses atirierent li frere au roy lour

1. Jusqu'à Pâques de l'an 1251. (Voy. g 499.)

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinua »