Imatges de pàgina
PDF

moy

402.513 accented pren. with finite ne in I i) in gamal phrases a coad, with noun tolb, 492 in 1H 12

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[blocks in formation]

me gailli impers, ..

since of lacking" p. 417
in hew.yor Zulil ne faillout ni les ni clos.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

TRIBULATIONS DE JOINVILLE A ACRE. 171 vouloie ; et je dis que je le vouloie mout bien. Il m’ala maintenant querre coifes blanches et me pingna mout bien.

409. Et lors m'envoia querre li roys pour mangier avec li; et je y alai atout le corcet que l'on m'avoit fait en la prison des rongnures de mon couvertour; et mon couvertour lessai à Berthelemin l'enfant, et quatre aunes de camelin que l'on m'avoit donnei pour Dieu en la prison. Guillemins mes nouviaus varlez, vint trenchier devant moy, et pourchassa de la viande à l'enfant tant comme nous mengames.

410. Mes vallez noviaus me dist que il m'avoit pourchacié un hostel tout delez les bains, pour moy laver de l'ordure et de la suour que j'avoie aportée de la prison. Quant ce vint le soir que je fu ou baing, li cuers me failli et me pasmai; et à grant peinne m'en trait l'on hors dou baing jusques à mon lit. L'endemain, uns viex chevaliers qui avoit non mon signour Perron de Bourbonne, me vint veoir, et je le reting entour moy: il m'apleja en la ville ce qu'il me failli pour vestir et pour moy atourner.

411. Quant je me fu areez, bien quatre jours après ce que nous fumes venu, je alai veoir le roy; et m'enchoisonna, et me dist que je n'avoie pas bien fait quant je avoie tant tardei å li veoir ; et me commenda, si chiere comme j'avoie s'amour, que mangasse avec li adés et au soir et au main jusques à tant que il eust areei que nous feriens, ou d'aler en France ou de demourer.

412. Je dis au roy que mes sires Pierres de Courtenay me devoit quatre cens livres de mes gaiges, lesquiex il ne me vouloit paier. Et li roys me respondi que il me feroit bien paier des deniers que il devoit au signour de Courtenay; et si fist-il. Par le consoil mon signour Perron de Bourbone, nous preismes quarante livres pour nos despens et le remenant commendames à garder au commandeour dou palais dou Temple. Quant ce vint que j'oi despendu les quarante livres, je envoiai le pere Jehan Caym de Sainte-Manehost, que je avoie retenu outre mer, pour querre autres quarante livres. Li commenderres li respondi que il n'avoit denier dou mien, et que il ne me congnoissoit.

413. Je alai à frere Renaut de Vichiers, qui estoit maistres dou Temple par l'aide dou roy, pour la courtoisie que il avoit faite au roy en la prison (dont je vous ai parlei'), et me plainz à li dou commandeour dou palais, qui mes deniers ne me vouloit rendre que je li avoie commandez. Quant il oy ce, il s'esfrea fort, et me dist : « Sire de Joinville, je vous aim mout; ( mais soiés certeins que se vous ne vous voulez soufrir de ( ceste demande, je ne vous amerai jamais; car vous « voulés faire entendant aus gens que nostre frere ( sont larron. » Et je li dis que je ne me soufferroie jà, se Dieu plait.

414. En ceste mesaise de cuer je fu quatre jours,

1. Voy. & 382 à 384.

« AnteriorContinua »