Imatges de pàgina
PDF

165

D UN RENÉGAT. avoit estei soudans de Babiloine'; et li fist le present en françois.

395. Et li roys li demanda où il avoit apris françois; et il dist que il avoit estei crestians; et li roys li dist : « Alez-vous-en, que å vous ne parlerai-je « plus. » Je le trais d'une part et li demandai son couvine. Et il me dist qu'il avoit estei nez de Provins, et que il estoit venus en Egypte avec le roy Jeban, et que il estoit mariez en Egypte et grans riches hom. Et je li diz : « Ne savez-vous pas bien que se vous « mouriés en ce point, que vous seriez damnez et « iriez en enfer?

396. Et il dist : « Oyl (car il estoit certeins que « nulle loys n'estoit si bone comme la crestienne); « mais je dout, se je aloie vers vous, la povretei là où « je seroie et le reproche. Toute jour me diroit l'on : « Veez ci le renoié! Si aim miex vivre riche et aise, « que je me meisse en tel point comme je voi. » Et je li dis que li reproches seroit plus grans ou jour dou jugement, là où chascuns verroit son mesfait, que ne seroit ce que il me contoit. Mout de bones paroles li diz qui gueres ne valurent. Ainsi se departy de moy, n'onques plus ne le vi.

1. Probablement (selon la con: i Dawoud qui prétendil an litru de jecture de mon regretté confrère, soudan do Babylone. M. de Slano) Al- Malek an-Nacer 2. Voy. & 165.

LXXVIII. DES SOUFFRANCES DE LA REINE A

DAMIETTE.

397. Or avez oy ci-devant les grans persecucions que li roys et nous souffrimes; lesquiex persecucions, la royne n'en eschapa pas, si comme vous orrez ciaprès. Car trois jours devant ce que elle acouchast, li vindrent les nouvelles que li roys estoit pris; desquiex nouvelles elle fu si effrée que toutes les fois que elle se dormoit en son lit, il li sembloit que toute sa chambre fust pleinne de Sarrazins; et s'escrioit : « Aidiés, aidiés ! » Et pour ce que li enfes ne fust periz dont elle estoit grosse, elle fesoit gesir devant son lit un chevalier ancien de l'aage de quatre-vins ans, qui la tenoit par la main. Toutes les fois que la royne s'escrioit, il disoit : « Dame, n'aiés ĝarde; car « je suis ci. »

398. Avant qu'elle fust acouchie, elle fist vuidier hors toute sa chambre, fors que le chevalier, et s'agenoilla devant li et li requist un don; et li chevaliers li otroia par son sairement. Et elle li dist : « Je vous « demant, fist-elle, par la foy que vous m'avez baillie, .« que se li Sarrazin prennent ceste ville, que vous « me copez la teste avant qu'il me preignent. » Et li

chevaliers respondi : « Soiés certeinne que je le ferai ,. « volentiers; car je l'avoie jà bien enpensei, que vous « occiroie avant qu'il nous eussent pris. )

399. La royne acoucha d'un fil qui ot non Jehan;

I planastic

ep 450, 631 naquet

SOUFFRANCES DE LA REINE.

167 et l'appeloit l'on Tritant, pour la grant dolour là où il fų nez. Le jour meismes que elle fu acouchie, li dist l'on que cil de Pise et de Genes s'en vouloient fuir, et les autres communes. L'endemain que elle fu acouchie, elles les manda touz devant son lit, si que la chambre fu toute pleinne, et lour dist : « Signour, « pour Dieu merci, ne laissiés pas ceste ville; car « vous veés que mes sires li roys seroit perdus, et

< tuit cil qui sont pris, se elle estoit perdue. Et s'i ne · « vous plait, si vous preigne pitié de ceste chietive

« qui ci gist, que vous atendés tant que je soie rele( vée. »

400. Et il respondirent : « Dame, comment ferons( nous ce? Que nous mourons de fain en ceste ville. » Et elle lour dist que jà par famine ne s'en iroient : « Car je ferai acheter toutes les viandes en ceste « ville, et vous reteing touz desorendroit aus despens « dou roy. » Il se conseillierent et revindrent à li, et li otroierent que il demourroient volentiers; et la royne (que Diex absoille!) fist acheter toutes les viandes de la ville, qui li cousterent trois cens et soixante mille livres et plus. Avant son terme la couvint relever, pour la citei que il couvenoit rendre aus Sarrazins. En Acre s'en vint la royne pour atendre le roy.

INSTIT

[blocks in formation]
« AnteriorContinua »