Collection complette des œuvres de Mr. de Voltaire: Mélanges de littérature

Portada
F. Grasset, 1773
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 217 - D'arracher un hommage à mille autres offert, Et d'entrer dans un cœur de toutes parts ouvert. Mais de faire fléchir un courage inflexible, De porter la douleur dans une âme insensible, D'enchaîner un captif de ses fers étonné, Contre un joug qui lui plaît vainement mutiné...
Pàgina 293 - Enfin cette Comté, franche aujourd'hui de nom, Qu'avec l'or de Louis conquit le grand Bourbon : Et, du bord de mon lac à tes rives du Tibre' Je te dis, mais tout bas : « Heureux un peuple libre ! » Je le suis en secret dans mon obscurité.
Pàgina 297 - J'ai vécu plus que toi; mes vers dureront moins. Mais au bord du tombeau je mettrai tous mes soins A suivre les leçons de ta philosophie, A mépriser la mort en savourant la vie, A lire tes écrits pleins de grâce et de sens, Comme on boit d'un vin vieux qui rajeunit les sens.
Pàgina 110 - Notre Magot prit pour ce coup Le nom d'un port pour un nom d'homme.
Pàgina 126 - L'a fait pour son malheur pencher vers ma rivale. Nous le verrions encor nous partager ses soins ; II m'aimerait peut-être ; il le feindrait du moins. Adieu. Tu peux partir. Je demeure en Epire : Je renonce à la Grèce, à Sparte, à son empire, A toute ma famille ; et c'est assez pour moi.
Pàgina 61 - Athènes me montra mon fuperbe ennemi. Je le vis , je rougis , je pâlis à fa vue. Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue. Mes yeux ne voyaient plus , je ne pouvais parler ; Je fentis tout mon corps & tranfir & brûler.
Pàgina 292 - Surpaffa les jardins vantés par Epicure. Je crois Ferney plus beau. Les regards étonnés Sur cent vallons fleuris doucement promenés, De la mer de Genève admirent l'étendue ; Et les Alpes de loin , s'élevant dans la nue , D'un long amphithéatre enferment ces coteaux, Où le pampre en feftons rit parmi les ormeaux.
Pàgina 346 - J'aime bien mieux un fondateur : L'un est un dieu , l'autre est un diable. Dites bien à votre mari Que des neuf filles de Mémoire II sera le seul favori , Si de fonder il a la gloire.
Pàgina 151 - J'ai beau fauter du lit plein de trouble & d'effroi, Je penfe qu'avec eux tout l'Enfer eft chez moi. L'un miaule en grondant comme un tigre en furie : L'autre roule fa voix comme un enfant qui crie. Ce 1f cil pas tout encor. Les fouris & les rats Semblent, pour m'éveiller, s'entendre avec les chats, Plus importuns pour moi, durant la nuit obfcure, Que jamais, en plein jour, ne fut l'Abbé de Pure.
Pàgina 147 - Que j'aime en tout temps la taverne ! Que librement je m'y gouverne ! Elle n'a rien d'égal à soi. J'y vois tout ce que j'y demande; Et les torchons y sont pour moi De fine toile de Hollande. Il...

Informació bibliogràfica