Cours de littérature française: Tableau de la littérature au XVIIIe siécle, Volum 3

Portada
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 55 - Un homme né chrétien et Français se trouve contraint dans la satire : les grands sujets lui sont défendus ; il les entame quelquefois , et se détourne ensuite sur de petites choses, qu'il relève par la beauté de son génie et de son style.
Pàgina 238 - Le public, amoureux des nouveautés, court après eux ; il s'en dégoûte, et il en paraît d'autres qui font de nouveaux efforts pour plaire ; ils s'éloignent de la nature encore plus que les premiers : le goût, se perd ; on est entouré de nouveautés qui sont rapidement effacées les unes par les autres ; le public ne sait plus où il en est, et il regrette en vain le siècle du bon goût, qui ne peut plus revenir : c'est un dépôt que quelques bons esprits conservent encore loin de la foule.
Pàgina 308 - D'un œil aussi content, d'un cœur aussi soumis Que j'acceptais l'époux que vous m'aviez promis, Je saurai, s'il le faut, victime obéissante, • Tendre au fer de Calchas une tête innocente ; Et respectant le coup par vous-même ordonné, Vous rendre tout le sang que vous m'avez donné.
Pàgina 329 - N'avez-vous pas, seigneur, permis, malgré nos lois, Qu'il jouît de sa vue une seconde fois ? Qu'il revînt en ces lieux ? OROSMANE. Qu'il revînt, lui, ce traître ? Qu'aux yeux de ma maîtresse il osât reparaître ? Oui, je le lui rendrais, mais mourant, mais puni, Mais versant à ses yeux le sang qui m'a trahi, Déchiré devant elle ; et ma main dégouttante Confondrait dans son sang le sang de son amante... Excuse les transports de ce cœur offensé ; II est né violent, il aime, il est blessé.
Pàgina 267 - J'aime mieux n'être pas , que de vivre avili. Mais , si de la vertu les généreuses flammes Peuvent , de mes écrits , passer dans quelques âmes ; Si je puis d'un ami soulager les douleurs ; S'il est des malheureux dont l'obscure innocence Languisse sans défense , Et dont ma faible main...
Pàgina 213 - ... tout hors de lui, l'orateur s'élève; ses paroles jaillissent énergiques et nouvelles; son improvisation devient pure et correcte en restant véhémente , hardie , singulière ; il méprise , il menace , il insulte : une sorte d'impunité est acquise à ses paroles comme à ses actions : il refuse des duels avec insolence, et fait taire les factions du haut de la tribune.
Pàgina 238 - ... il ya du mérite dans leurs efforts ; ce mérite couvre leurs défauts. Le public, amoureux des nouveautés, court après eux; il s'en dégoûte, et il en paraît d'autres qui font de nouveaux efforts pour plaire; ils s'éloignent de la nature encore plus que les premiers : le goût se perd; on...
Pàgina 337 - Eh bien , si vous aimez la chasse , avez-vous » chassé quelquefois aux canards sauvages : c'est » une chasse difficile , une proie qu'on n'attrape » guère , et qui flaire de loin le fusil du chasseur. » Eh bien , je suis un de ces oiseaux , je me suis
Pàgina 331 - Shakespeare ; c'est moi qui le premier montrai aux Français quelques perles que j'avais trouvées dans son énorme fumier. Je ne m'attendais pas que je servirais un jour à fouler aux pieds les couronnes de Racine et de Corneille, pour en orner le front d'un histrion barbare.
Pàgina 400 - O mon Dieu! donnez à ces travaux d'un homme, je ne dis pas la durée ou l'esprit de vie, mais la fraîcheur du moindre de vos ouvrages! Que leurs grâces divines passent dans mes écrits, et ramènent mon siècle à vous, comme elles m'y ont ramené moi-même!

Informació bibliogràfica