Imatges de pàgina
PDF
EPUB

LES MÉTAMORPHOSES

D'OVIDE.

[ocr errors]

D'OVIDE.

LIVRE VII.

ARGUMENT.

Jason fait la conquête de la Toison d'or. Médée rajeunit

AEson. Pélias victime de la piété de ses filles et des artifices de Médée. Médée fait mourir Creüse, épouse de Jason, et égorge ses enfants. Épouse d’Égée, elle veut faire périr Thésée par le poison. Minos déclare la guerre aux Athéniens. Description de la peste d’AEgine. Fourmis changées en hommes appelés Myrmidons. Chien et renard transformés en rochers.. L'Ạurore amante de Céphale. Jalousie et mort funeste de Procris.

Désa le navire () qui portoit les héros de la Grece fendoit les mers de Scythie; deja les enfants de Borée avoient délivré des cruelles Harpies (2), le malheureux Phinée , qui, privé de la clarté des cieux, trainoit une vieillesse importune

NASONIS

METAMORPHOSEON

LIBER VII.

ARGUMENTUM.

Jason, aureo vellere potitur. AEsoni Medea pristinam juven

tutem restituit. Pietate filiarum doloque Medeæ Pelias interficitur. Creusa Jasonis conjux, ejusque liberi à Medea perempti. AEgeo nupta, Theseum veneno conatur tollere. Contrà AEgeum Minos movet bellum. AEginam pestis populatur. Myrmidones è formicis orti. Canis et vulpes in Saxa mutati. Aurora Cephalum amat. Procris Zelotypia et mors.

Jamque fretum Minyæ Pagasæa puppe secabant, Perpetuaque trahens inopem sub nocte senectam Phineus visus erat; juvenesque Aquilone creati Virgineas volucres miseri senis ore fugarant;

dans une nuit éternelle ; et, vainqueurs sous Jason (3) de grands et de nombreux travaux, ils voyoient enfin les eaux rapides du Phase , et touchoient aux rives de Colchos. (4)

Ils demandoient au roi qu'on leur livrât la toison du belier (5) que Phryxus laissa dans ses états; et tandis qu'Aétès (6) leur fait connoître les dangers qu'ils auront à surmonter pour

l'obtenir , Médée, sa fille, voit Jason, et s'enflamme. Elle combat , elle résiste: mais, voyant enfin que la raison ne peut triompher de son amour: «Mé« dée, s'écrie-t-elle, c'est en vain que tu te de« fends. Je ne sais quel dieu s'oppose à tes efforts. « Le sentiment inconnu que j'éprouve est ou ce « qu'on appelle amour, ou ce qui lui ressemble; « car enfin, pourquoi trouvé-je trop dure la loi « que mon pere impose à ces héros ! loi trop dure « en effet. Et d'où vient que je crains pour les « jours d'un étranger que je n'ai vu qu'une fois! « d'où naît ce grand effroi dont je suis troublée! Malheureuse!

repousse, si tu le peux, étouffe « cette flamme qui s'allume dans ton coeur. Ah! si « je le pouvois, je serois plus tranquille. Mais je « ne sais à quelle force irrésistible j'obéis mal« gré moi. Le devoir me retient, et l'amour m'en« traîne. Je vois le parti le plus sage, je l'apa prouve, et je suis le plus mauvais (7). Eh! quoi,

Multaque perpessi claro sub Jasone, tandem
Contigerant rapidas limosi Phasidos undas.

Dumqueadeunt regem,Phryxeaquevellera poscunt, Lexque datur numeris magnorum horrenda laborum; Concipit interea validos Æëtias ignes : Et luctata diu, postquàm ratione furorem Vincere non poterat; frustra Medea repugnas; Nescio quis deus obstat, ait: mirumque, nisi hoc est, Aut aliquid certè simile huic, quod amare vocatur: Nam cur jussa patris nimium mihi dura videntur? Sunt quoque dura nimis. Cur quem mododenique vidi, Ne pereat timeo? quæ tanti caussa timoris ? Excute virgineo conceptas pectore flammas, Si potes, infelix; si possem, sanior essem: Sed trahit invitam nova vis, aliudque Cupido,

« AnteriorContinua »