Oeuvres de Fontenelle: des Académies Française, des Sciences, des Belles-lettres, de Londres, de Nancy, de Berlin et de Rome, Volum 7

Portada
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 239 - Aristide, Phocion, Périclès et moi, puisque vous voulez me mettre de ce nombre, vous eussiez trouvé dans votre siècle des gens qui nous ressemblaient. Ce qui fait d'ordinaire qu'on est si prévenu pour l'antiquité, c'est qu'on a du chagrin contre son siècle, et l'antiquité en profite.
Pàgina 111 - J'ai prouvé, disait-il, par ma conduite, que je connaissais tout ce que vaut l'honneur d'avoir place dans l'Académie française, et vous m'avez compté cette connaissance pour un mérite ; mais le mérite d'autrui vous a encore plus fortement sollicités en ma faveur. Je tiens, par le bonheur de ma naissance, à un grand nom, qui, dans la plus noble espèce des productions de l'esprit, efface tous les autres noms.
Pàgina 338 - Il faut qu'en toutes choses les hommes se proposent un point de perfection au-delà même de leur portée. Ils ne se mettraient jamais en chemin, s'ils croyaient n'arriver qu'où ils arriveront effectivement ; il faut qu'ils aient devant les yeux un terme imaginaire qui les anime.
Pàgina 337 - Si la chymie a sa pierre philosophale , la géométrie a sa quadrature du cercle , l'astronomie ses longitudes , les mécaniques leur mouvement perpétuel ; il est impossible de trouver tout cela , mais fort utile de le chercher.
Pàgina 271 - Quoi! l'esprit ne consiste-t-il pas dans une certaine conformation du cerveau, et le hasard est-il moindre, de naître avec un cerveau bien disposé, que de naître d'un père qui soit roi? Vous étiez un grand génie: mais demandez à tous les philosophes à quoi il tenait que vous ne fussiez stupide et hébété; presque à rien, à une petite position de fibres; enfin, à quelque chose que l'anatomie la plus délicate ne saurait jamais apercevoir.
Pàgina 299 - Ce sont les passions qui font et qui défont tout. Si la raison dominait sur la terre, il ne s'y passerait rien. On dit que les pilotes craignent au dernier point ces mers pacifiques où l'on ne peut naviguer, et qu'ils veulent du vent, au hasard d'avoir des tempêtes. Les passions sont chez les hommes des vents qui sont nécessaires pour mettre tout en mouvement, quoiqu'ils causent souvent les orages.
Pàgina 276 - Les plaisirs ne sont point assez solides pour souffrir qu'on les approfondisse ;il ne faut que les effleurer : ils ressemblent à ces terres marécageuses , sur lesquelles on est obligé de courir légèrement, sans y arrêter jamais le pied DIALOGUE IV.
Pàgina 284 - Gentille Agnès, plus d'honneur en mérite, La cause étant de France recouvrer, Que ce que peut dedans un cloître ouvrer. Close nonain, ou bien dévot ermite.
Pàgina 254 - La nature veut que dans de certains temps, les hommes se succèdent les uns aux autres par le moyen de la mort; il leur est permis de se défendre contre elle jusqu'à un certain point: mais passé cela, on aura beau faire de nouvelles découvertes dans l'anatomie, on...
Pàgina 178 - J'applique cela à la rime , mais en le renversant; et je dis qu'elle est d'autant plus parfaite, que les deux mots qui la forment sont plus étonnés de se trouver ensemble.

Informació bibliogràfica