Imatges de pàgina
PDF
EPUB

C. LUCIUS

(mort vers l'an de Rome 663 ).

Virtus, Albine, est pretium persolvere verum
Queis in versamur, queis vivimu' rebu', potesse :
Virtus est homini , scire id, quod quæque habeat res.
Virtus scire homini rectum, utile , quid sit honestum;
Quæ bona, quæ mala item, quid inutile, turpe, inhonestum.
Virtus quærendæ rei finem scire modumque :
Virtus divitiis pretiuin persolvere posse :
Virtus, id dare quod re ipsa debetur honori :
Hostem esse atque inimicum hominum morumque malorum,
Contra defensorem hominum morumque bonorum ;
Magnificare hos, his bene velle, his vivere amicum :
Commoda præterea patriae sibi prima putare,
Deinde parentum , tertia jam postremaque nostra.

Nunc vero a mane ad noctem , festo atqne profesto,
Totus item pariterque die populusque, patresque
Jactare indu foro se omnes, decedere nusquam,
Uni se atque eidem studio omnes dedere et arti,
Verba dare ut caute possint, pugnare dolose,
Blanditia certare, bonum simulare virum se,
Insidias facere, ut si hostes sint omnibus omnes.

Græcum te, Albuti, quam Romanum atque Sabinum,
Municipem Ponti, Titii, Anni centurionum,
Præclarorum hominum ac priinorum, signiferumque
Maluisti dici. Græce ergo prætor Athenis,
Id quod maluisti, le, quum ad me accedi', saluto :
Xaõpe, inquam, Tite : lictores, turma omni', cohorsque ,
Xaipete. Hinc hostis Muti Albutius, hinc inimicus.

:

Nous rapporterons encore une charmante épigramme d'un poëte du sixième siècle de Rome, L. Valérius Ædituus ; c'est un amant, allant chez sa maîtresse, qui s'adresse ainsi à l'esclave qui le précède et l'éclaire :

Quid faculam præfers, Phileros, qua nil opu' nobis ?

Ibimu' sic : lucet pectore flamma satis.
Istam non potis est vis sæva extinguere venti,

Aut imber coelo candidu' præcipitans;
At contra hunc ignem Veneris , nisi si Venus ipsa,

Nulla est quæ possit vis alia opprimere.

Nous voici arrivés au dernier précurseur du grand siècle, à Lucrèce. Rappelons-en les plus beaux vers :

Suave, mari magno turbantibus æquora ventis,
E terra magnum alterius spectare laborem;
HIST. UNIV. T, 11.

37

Non, quia vexari quemquam esl jocunda voluptas,
Sed, quibus ipse malis careas, quia cernere suave est.
Per campos instructa, tua sine parte pericli,
Suave etiam belli certamina magna tueri.
Sed nil dulcius est, bene quam munita tenere
Edita doctrina sapientum templa serena;
Despicere unde queas alios, passimque videre
Errare, atque viam palanteis quærere vitæ ,
Certare ingenio, contendere nobilitate,
Nocteis atque dies niti præstante labore
Ad summas emergere opes, rerumque potiri.
O miseras hominum menteis ! o pectora cæca !
Qualibus in tenebris vitæ quantisque periclis
Degitur hoc ævi, quodquomque est !

II, 1.
Nec nox ulla diem, neque noctem aurora secuta' st,
Quæ non audierit mistos vagitibus ægris
Ploratus, mortis comites et funeris atri.

II, 578.
Medio fonte leporum
Surgit amari aliquid quod in ipsis floribus angat.

IV, 1127,
Tum porro puer, ut sævis projectus ab undis
Navita , nudus humi jacet, infans, indigus omni
Vitali auxilio, quom primum in luminis oras
Nixibus ex alvo matris Natura profudit ;
Vagituque locum lugubri complet, æquomst,
Quoi tantum in vita restet transire malorum.

V. 223.
Usque adeo res humanas vis abdita (1) quædam.
Obterit, et pulchros fasceis sævasque secureis
Proculcare ac ludibrio sibi habere videtur !

V. 1233.

C'est Cicéron qui fut l'éditeur du poëme de la nature, de Natura rerum ; avec ce poëme, avec Cicéron, nous entrons dans l'âge d'or des lettres latines. A la fin du règne d'Auguste, l'empire a atteint sa plus haute splendeur, et la langue romaine sa pleine maturité.

Néanmoins la populace et les esclaves continuèrent de parler la langue vulgaire, lorsque très-probablement, et du nom des classes serviles, ver, elle s'appelait même lingua vernacula.

Parler latin, latine loqui, voulait dire parler correctement, élégamment. Beaucoup de textes le prouvent : Præcepta latine loquendi puerilis doctrina tradit, dit Cicéron (de Oratore), et ailleurs : non tam præclarum est scire latine quam turpe nescire. Ovide recommande aux jeunes gens d'apprendre les deux langues : Cura sit et linguas edidicisse duas (Artis amat. II, 22 ). Donat, dans sa vie de Virgile , rapporte qu'un pu

(1) Ce vis abdita, qui ne peut désigner que Dieu, ne semble-t-il pas absoudre Lucrèce du reproche d'athéisme?

riste, parodiant le début de la IIIe églogue, pour critiquer le cujum pecus, avait écrit à la marge sur son exemplaire : Dic mihi, Damæta , cujum pecus, anne latinum ? Non, vero Egonis; nostri sic rure loquuntur. C'est dans cette langue rustique, épurée il est vrai, mais sans que retranché, comme dans le vers de Virgile : Haud equidem credo quia sit divinitus illis ingenium , que l'on chanta les premières liturgies de l'Église, que fut écrite la Vetus italica versio des psaumes , respectée et conservée par saint Jérôme dans la Vulgate; mais, tandis que l'Église, en l'adoptant pour ses offices, lui imprimait son caractère de perpétuité, au dehors de l'Église elle s'est altérée de plus en plus, et mêlée à des idiomes barbares; enfin , par une transformation merveilleuse, elle es devenue en Occident la langue romane , et en Italie l'italien moderne, la langue admirable de Dante et du Tasse.

FIN DES NOTES DU DEUXIÈME VOLUME.

« AnteriorContinua »