Mémoires sur la cour de Louis XV, 1735-58, Volum 17

Portada
Didot, 1863
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Pàgines seleccionades

Continguts


Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 55 - Je n'ai voulu attaquer aucune des vérités du christianisme, que je professe sincèrement dans toute la rigueur de ses dogmes et de sa morale, et auquel je fais gloire de soumettre toutes mes pensées, toutes mes opinions et toutes les facultés de mon être, certain que ce qui n'est pas conforme à son esprit ne peut l'être à la vérité. Voilà mes véritables sentiments; j'ai vécu, je vivrai et je mourrai avec eux.
Pàgina 54 - J'en ai élé extrêmement surpris et beaucoup plus encore affligé. En effet, il est bien cruel et bien douloureux pour moi d'avoir alarmé , scandalisé , révolté même des personnes pieuses, éclairées, respectables, dont...
Pàgina 69 - ... sous leurs ordres, à l'exception des garnisons de Belle-Isle, Lorient, le port Louis et la garniture du comté Nantois, conformément aux instructions qu'il leur avoit données. Celles qui étoient cantonnées dans les...
Pàgina 54 - ... très vivement et très sincèrement que tous ceux qui auront eu le malheur de lire cet ouvrage me fassent la grâce de ne me point juger d'après la fatale impression qui leur en reste. Je souhaite qu'ils sachent que...
Pàgina 71 - Brie et les bataillons de Fontenay , et le comte deMarmande et le premier des volontaires étrangers à la gauche, pour déboucher sur la droite au-dessous du hameau de l'Isle ; et M.
Pàgina 122 - M. le comte viendra à huit heures avec M. le maréchal. » Le Roi lui dit qu'il le trouvoit maigri; il luI parla de sa santé , de la ville de Cologne, de l'élection du Pape, enfin il fit la conversation avec lui pendant trois quarts d'heure, comme à l'ordinaire. On dit que M. le comte deClermont prétend n'avoir agi que sur des ordres; cela seroit aisé à vérifier si on vouloit.
Pàgina 72 - Leur perte peut aller en tout à 3ooo hommes, la nôtre monte à environ 3oo hommes , tant tués que blessés ; mais celle des officiers est, par proportion, plus considérable que celle des soldats. Les régiments de Brie et de Boulonnois ont beaucoup souffert , ayant été obligés de traverser un terrain difficile sous le feu des frégates des ennemis pour se porter sur leurs retranchements. Malgré cet obstacle , ces régiments ont marché avec l'intrépidité la plus soutenue , ainsi que toutes...

Informació bibliogràfica