Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique..., Volum 1;Volum 6;Volum 11

Portada
Georges d' Heylli
Librairie des bibliophiles, 1881
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 371 - Mais je me sens jaloux de tout ce qui te touche, De l'air qui, si souvent, entre et sort par ta bouche; Je crois qu'à ton sujet le soleil fait le jour Avecque des flambeaux et d'envie et d'amour.
Pàgina 371 - L'AMOUR. Je le suis, ma Psyché, de toute la nature. Les rayons du soleil vous baisent trop souvent ; Vos cheveux souffrent trop les caresses du vent ; Dès qu'il les flatte, j'en murmure...
Pàgina 368 - La vie n'est de soy ny bien ny mal : c'est la place du bien et du mal selon que vous la leur faictes. I Et si vous avez vescu un jour, vous avez tout veu. Un jour est égal à tous jours.
Pàgina 370 - Tout l'abuse ; ces deux principes de vérités, la raison et les sens, outre qu'ils manquent chacun de sincérité, s'abusent réciproquement l'un l'autre. Les sens abusent la raison par de fausses apparences; et cette même piperie qu'ils apportent à la raison, ils la reçoivent d'elle à leur tour; elle s'en revanche.
Pàgina 370 - La coutume fait toute l'équité, par cette seule raison qu'elle est reçue; c'est le fondement mystique de son autorité. Qui la ramène à son principe, l'anéantit. Rien n'est si fautif que ces lois qui redressent les fautes; qui leur obéit parce qu'elles sont justes, obéit à la justice qu'il imagine, mais non pas à l'essence de la loi: elle est toute ramassée en soi ; elle est loi, et rien davantage.
Pàgina 368 - La vostre vous a conseillé de me tuer sans m'ouïr, n'ayant receu de moy aucune offencé, et la mienne me commande que je vous pardonne, tout convaincu que vous estes de m'avoir voulu homicider sans raison.
Pàgina 370 - D'un regard de Thaïs enivroit Alexandre, Rouloit son char vainqueur sur Babylone en cendre; Ou, peignant Darius et sa famille en deuil, Des pleurs de l'infortune attendrissoit l'orgueil. Dans ses noirs ateliers, sous son toit solitaire, Tu charmes le travail , tu distrais la misère. Que fait le laboureur conduisant ses taureaux? Que fait le vigneron sur ses brûlants coteaux , Le mineur enfoncé sous ses voûtes profondes, Le berger dans les champs , le nocher sur les ondes , Le forgeron domptant...
Pàgina 369 - Or les lois se maintiennent en crédit, non parce qu'elles sont justes, mais parce qu'elles sont lois : c'est le fondement mystique de leur autorité...
Pàgina 368 - Des dieux que nous servons connais la différence: Les tiens t'ont commandé le meurtre et la vengeance; Et le mien, quand ton bras vient de m'assassiner, M'ordonne de te plaindre et de te pardonner.
Pàgina 104 - Mmo de*". Nous avons mis la tête sur le lit, un traversin sous les draps pour représenter la bosse formée par un corps humain, puis l'impératrice a mis sur le front un mouchoir arrangé comme un bonnet de nuit.

Informació bibliogràfica