Journal des armes spéciales et de l'état-major

Portada
J.Corréard., 1861
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Continguts

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 158 - N'importe , lève-toi. — Pourquoi faire , après tout ? — Pour courir l'Océan de l'un à l'autre bout , Chercher jusqu'au Japon la porcelaine et l'ambre, Rapporter de Goa
Pàgina 159 - Oh ! que j'aime bien mieux cet auteur plein d'adresse, Qui, sans faire d'abord de si haute promesse, Me dit d'un ton aisé, doux, simple, harmonieux : " Je chante les combats et cet homme pieux Qui, des bords phrygiens conduit dans l'Ausonie, Le premier aborda les champs de Lavinie...
Pàgina 155 - L'enfer s'émeut au bruit de Neptune en furie. Pluton sort de son trône, il pâlit, il s'écrie; II a peur que ce dieu, dans cet affreux séjour, D'un coup de son trident ne fasse entrer le jour...
Pàgina 155 - L'ennemi tortueux dont il est entouré. Le sang tombe des airs. Il déchire, il dévore Le reptile acharné qui le combat encore; II le perce, il le tient sous ses ongles vainqueurs; Par cent coups redoublés il venge ses douleurs.
Pàgina 155 - Le sang tombe des airs. Il déchire, il dévore Le reptile acharné qui le combat encore; II le perce, il le tient sous ses ongles vainqueurs; Par cent coups redoublés il venge ses douleurs. Le monstre en expirant se débat, se replie; II exhale en poisons les restes de sa vie; Et l'aigle tout sanglant, fier, et victorieux, Le rejette en fureur, et plane au haut des cieux.
Pàgina 157 - J'entends le vieux nocher sur la rive infernale. Impatient, il crie: « On t'attend ici-bas; Tout est prêt, descends, viens, ne me retarde pas.
Pàgina 156 - ... laissa voir sous sa voûte effroyable Ce palais de la mort, ce séjour de terreur, Et de ses noirs cachots la ténébreuse horreur. Tel , si d'un choc soudain l'horrible violence Du globe...
Pàgina 160 - L'homme est le seul qu'au jour de sa naissance elle jette nu sur la terre nue, livré, dès cet instant, aux cris et aux pleurs. De tant d'êtres vivants, nul autre n'est destiné aux larmes, et ces larmes, il les répand aussitôt qu'il respire : mais le rire...
Pàgina 160 - Dieux! le rire même précoce, même le plus hâtif, n'éclot jamais sur ses lèvres avant le quarantième jour. » A ce triste essai de la lumière succèdent des liens qui entravent tous ses membres, et dont les bêtes sauvages, qui naissent dans nos habitations , sont affranchies , du moins en ces premiers moments. Produit sous de si brillants auspices , le voilà donc étendu , pieds et mains liés, ce futur dominateur de tous les autres animaux!
Pàgina 157 - L'Èbre roula sa tête encor toute sanglante : Là , sa langue glacée et sa voix expirante , Jusqu'au dernier soupir formant un faible son , D'Eurydice , en flottant , murmurait le doux nom : Eurydice ! ô douleur...

Informació bibliogràfica