Imatges de pàgina
PDF
EPUB

LITTÉRAIRE,
PHILOSOPHIQUE ET CRITIQUE
DE GRIMM

ET

DE DIDEROT,

DEPUIS 1753 jusqu'en 1790.

NOUVELLE ÉDITION,
REVUE ET MISE DANS UN MEILLEUR ORDRE,

AVEC DES NOTES ET DES ÉCLAIRCISSEMENS,
ET OU SE TROUVENT RÉTABLIES POUR LA PREMIÈRE FOIS
LES PARASES SUPPRIMÉES PAR LA CENSURE IMPÉRIALE.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Paris, janvier 1788 Le vendredi 14 décembre on a donné, sur le Théâtre Italien, la première représentation des Étourdis, ou le Mort supposé, comédie en trois actes et en vers de M. Andrieux, connu déjà avantageusement à ce théâtre par la jolie pièce d'Anaximandre, dont nous avons eu l'honneur de vous rendre compte dans le temps (1).

Cette comédie a obtenu le plus grand succès. La viva. cité piquante de l'exposition pouvait faire craindre que l'auteur ne pût pas en soutenir la gaieté ; mais il a eu le · talent très-difficile d'en accroître le mouvement et l'intérêt, et de les varier par une succession de situations, qui, si elles sont quelquefois un peu forcées, le font oublier du moins au spectateur, grace à la gaieté d'un dialogue toujours vif, naturel et serré. L'auteur ne s'est pas permis d'ailleurs, dans cette comédie du genre le plus gai, une seule plaisanterie qui ne soit du meilleur goût et toujours analogue au caractère de ses divers interlocuteurs. Il était très-difficile de répandre quelque intérêt sur un ouvrage aussi comique, et M. Andrieux a eu encore ce talent; l'amour presque épisodique de Julie pour (1) Au mois de décembre 1782.

Tom. XIV.

« AnteriorContinua »