Imatges de pàgina
PDF

UNIVERSELLE.

CORSALI (ANDRÉ), navigateur, vers l'Orient, « l'opinion d'aucuns né à Florence, entra au service du » est que la terre de Molucca se va Portugal et alla aux Indes. Se trou. » joindre du côté du levant et du mivant à Cochin lorsque Galvao par- » di avec le Brésil, laquelle est si tit pour l'Abyssinie , en qualité d'am- » grande qu'on ne l'a pas toule débassadeur , au commeucement de » couverte , et que, vers le ponant, 15,6 (Vov. ALVARES ), il l'accompa- » cette terre se prolongejusqu'aux îles gua. La fotte , partie de Goa , fut ac- » appelées Antilles du roi de Castille, cueillie par des tempêtes à l'entrée de » et jusqu'à la terre ferme dudit roi. » la mer Rouge, et ne put aborder à Corsali terminc sa seconde lettre en Suakem. Ou souffrit beaucoup de la annonçant qu'il va partir pour Méliasoif; Galvao mourut; on rentra dans pour , d'où il se rendra à Paliacate, la mer des Indes ; l'on prolongea la et ira ensuite à la recherche de la terre côte d'Arabie jusqu'à Calagate. Cor- ferme. Il promet d'envoyer l'année sali s'y embarqua sur un navire more d'après la relation de ce nouveau voyapour visiter Mascate et d'autres par- ge. On ignore quel motif l'empêcha tirs de la côte d'Arabie , et rejoignit la de tenir sa parole. La relation de Corflotte portugaise à Ormus, d'où l'on re- sali se trouve dans le tom. 17. du retoarna par Goa à Cochin, après une cucil de Ramusio , qui la fit précéder absence d'un an. La relation de Cor- d'un discours où il avertit qu'elle sort sali est comprise en deux lettres écri- en quelque sorte de préface à celle tes de Cochin ; l'une , du 6 janvier d’Alvares. Gabriel Symévu la tradui1515, adressée à Julien de Medicis, sit en français ; elle est insérée dans coatient son voyage depuis Lisbonne le tome Il du recueil de Temporal, jusqu'a Cochin; dans la seconde , du imprimé à Lyon en 2 vol. in - fol., 18 septembre 1517, adressée à Lau- 1556.

E-s. rent de Medicis , Corsali racontece CORSETTI (François), littérateur qa lui est arrivé depuis son départ de italien, recteur du sémivaire arcbiéGoa jusqu'à son retour à Cochin; il piscopal de la ville de Sienne, dans ladoune la description de tous les pays quelle il était né. Il publia en 1745, qu'il a eu l'occasion de voir , et parle à Lucques , une traduction in terza, en détail de ce qui concerne le com- rima des meilleures elégies de Tibulle. merce des lodes. La relation de Cor Properce, et de l'une de celles d'Als sau fait bien connaitre l’étal de la géo- binovanus. En 1749, il fit imprimer graphue a l'époque a laquelle il écri- à Sienne une version qu'il avait faite vait; il dit qu'au-delà des Moluques, en vers sciolti des satires d’Horace :

BIOGRAPHIE

UNIVERSELLE,

ANCIENNE ET MODERNE.

CO-DE.

UNIVERSELLE,

ANCIENNE ET MODERNE,

ou

RISTOIRE, PAR ORDRE ALPIABÉTIQUE, DE LA VIE PUBLIQUE ET PRIVÉE DE

TOUS LES HOMMES QUI SE SONT FAIT REMARQUER PAR LEURS ÉCRITS ,
LEURS ACTIONS, LEURS TALENTS, LEURS VERTUS OU LEURS CRIMES.

OUVRAGE ENTIÈREMENT NEUF,

RÉDIGÉ PAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS DE LETTRES ET DE SAVANTS.

[merged small][merged small][graphic][merged small]

CHEZ MICHAUD FRÈRES, LIBRAIRES,

RUE DES BONS-ENFANTS, No. 34.
DE L'IMPRIMERIE DE L. G. MICHAUD.

« AnteriorContinua »