Histoire de Marie Stuart, Volum 1

Portada
Paulin, Lheureux et Cie, 1851 - 973 pàgines
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Pàgines seleccionades

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 400 - I have heard what you have said unto me, I assure you, if you should use this speech unto them, which you do unto me, all the world could not save the queen's life three days to an end ; and as the case now standeth, it will be much ado to save her life.
Pàgina 112 - France; et, n'ayant failly le timonnier au commandement qu'elle luy avoit faict, elle se leva sur son lict, et se mit à contempler la France encor, et tant qu'elle peut.
Pàgina 112 - Elle, les deux bras sur la pouppe de la galère du costé du timon, se mist à fondre à grosses larmes, jettant toujours ses beaux yeux sur le port et le lieu d'où elle estoit partie, prononçant toujours ces tristes paroles : Adieu, France...
Pàgina 277 - Madame, dit-il, ne vous inquiétez de rien; nous sommes ici les principaux de la noblesse et du conseil de Votre Grâce, et nous trouverons bien le moyen de vous délivrer de lui sans aucun préjudice pour votre fils; et, quoique milord Murray, ici présent...
Pàgina 145 - Dieu, la plus belle et la plus cruelle princesse du « monde; » et puis, fort constamment tendant le col à l'exécuteur, se laissa deffbire fort aisément.
Pàgina 57 - D'un esprit haut, d'un caractère impérieux, d'un orgueil extrême, ayant beaucoup d'énergie, d'astuce et de capacité, Elisabeth avait été longtemps contrainte de dissimuler ses sentiments et sa foi sous le règne terrible de sa sœur, qui l'aurait proscrite sans l'appui que lui prêta Philippe II. Elle avait vécu suspecte et surveillée loin de la cour, et avait pris cette habitude de fausseté qui s'allia chez elle aux altières et violentes passions qu'elle tenait de son père. Voici comment...
Pàgina 271 - Jedburgh jusqu'au 15 octobre, par l'expédition des affaires qui l'y avaientappelée, elle monta à cheval dès qu'elle fut libre et se rendit au château où se trouvait son lieutenant et son favori blessé. Elle était accompagnée de Murray et de quelques autres seigneurs. Quoiqu'il y eût dix-huit milles de Jedburgh à l'Hermitage, elle y alla et en revint le même jour 3. Après avoir passé une heure avec Bothwell, à la suite de cette longue route, elle écrivit encore une partie de la nuit...
Pàgina 47 - Son éducation extrêmement soignée avait ajouté des talents variés à ses grâces naturelles. Outre le latin, qu'elle savait et parlait bien, elle était instruite dans l'histoire, connaissait les langues vivantes, excellait dans la musique , chantait fort agréablement en s'accompagnant du luth , et composait des vers que louaient Ronsard et du Bellay *. D'un esprit vif et ouvert , i Labanoff, t.
Pàgina 119 - J'aimerais mieux, disait Knox, voir débarquer dix mille ennemis en Ecosse que d'y voir célébrer une seule messe '. » Aussi, lorsque, le dimanche qui suivit l'arrivée de Marie Stuart, la messe fut dite dans sa chapelle privée, le parti protestant s'émut et se souleva presque. Les ministres menaçaient. Le peuple murmurait. On disait de toutes parts : —Ne souffrons pas que l'idole soit rétablie dans ce royaume 2.
Pàgina 290 - Maintenant, donc, mon cher amy, puisque pour vous complaire je n'espargne ny mon honneur, ny ma conscience, ny les dangers, ny mesmes ma grandeur quelle qu'elle puisse estre : je vous prie que vous le preniez en bonne part et non selon l'interprétation du faux frère...

Informació bibliogràfica