Imatges de pÓgina
PDF
[merged small][merged small][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][ocr errors][ocr errors][graphic][merged small][merged small][merged small][ocr errors][graphic][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

DIVERS soULEvEMENs IIANs LEs PAYS CONQUIS un LEs FRAN-
ÇAIS; ARMÉE nu DANUBE, sEs rRoJETs , s; RETRAITE; ARMÉE
IYITALIE, sE TIENT sUR LA DÉFENSIVE ET sE REPLIE; ARMÉE
IŸEGYPTE, EXPÉDITION EN sYRIE, sIÉcE DE SAINT-JEAN DÜICRE,
vIcToIRE DE LZIRIIEE FRANÇAISE A ABOUKIR; ÉTAT DE LA
FRANCE ET nE SON GOUVERNEMENT; ACCUSATXONS CONTRE LE
DIRECTOIRE ET LE GÉNÉRAL scIIERER; MOREAU LE REMPLACE
A IJARMEE IŸITALIE; sITURTIoN DE LA FRANCE AU DEDANS
COMME AU nEIIoRs; FACTION NOUVELLE; PROJET DE CHANGER
LEs MEMBRES nu nIREcToIRE MIS A ExIâcUTIoN; MEMBRES nu
DIRECTOIRE ÉLIMINES, nENoNcEs; LEs DÊNONCIATIONS soxwr
REJETEEs.

UNE fausse et astucieuse politique , inspirée par un intérêt peu lcuable et par des sentimens de haine contre la république française, fit évanouir toute espérance de paix; ralluma , dans une grande partie de l’Europe, les feux de la guerre, et fournit aux pinceaux de Phistoire une si grande multitude

de faits et de malheurs, que je ne puis, d’après les T V 1

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

Des rois détrònés par la force cherchaient, par les moyens de la faiblesse, la déception, la corruption et de sourdes menées, à recouvrer la puissance dont ils étaient dépouillés. Il est plus facile de conquérir que de conserver; on peut envahir des régions sans maîtriser entièrement le moral des habitans dont, au moins une partie, par intérêt, par habitude, regrettant l'ancien joug, est disposée à céder aux suggestions de leurs souverains dépossédés, et àles favoriser dans leurs entreprises contre les nouveaux maîtres. Les Français firent facilement des conquêtes , mais ils ne purent long-temps les conserver: il s‘y manifesta des insurrections , partielles ou générales, qualifiées de ré

voltes et punies comme telles.

C’est ce qui arriva dans tous les Etats conquis ou envahis, en Suisse , dans le Piémont, dansle grand duché de Toscane, dans les États romains et notamment dans le royaume de Naples, où les habilans des Abruzzes, de la Calabre, inquiélaient, par des incursions continuelles, les Français et les Napolitains leurs partisans; tandis que les insurgés de la Campanie interrompaient les communications entre Rome et Naples. La plupart des habitans de ces pays chérissaient leurs superstitions, leur ignorance et leurs fers ; il fallut aux Français batailler sans cesse et employer tous les moyens de

la force pour s’y maintenir.

« AnteriorContinua »