Histoire de la révolution des Pays-Bas sous Philippe II, Volum 2

Portada
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 399 - V, à l'empereur Maximilien II et aux ducs de Bavière et de Brunswick , ces derniers comme chevaliers de la Toison d'or. Dans sa lettre au grand commandeur de Castille , ambassadeur' de Philippe II à Rome , le duc d'Albe faisait remarquer que les arrestations auraient pu être plus nombreuses.
Pàgina 350 - J'ai donc pris la résolution, avant de consumer ici ce qui « me reste d'existence, comme j'y ai perdu la santé, de me retirer, pour « mener une vie plus tranquille, au service de Dieu, bien que je ne puisse « le faire avec mon mari, à cause de la mauvaise intelligence qui règne Les mesures les plus rigoureuses furent décrétées contre les dissidents.
Pàgina 209 - Aux termes de cette convention , les réformés obtinrent trois endroits dans la ville pour y faire leurs prêches et l'exercice de leur religion, ce qui déplut fort à Marguerite de Parme, qui reprocha au prince d'Orange d'avoir outrepassé les limites de la transaction qu'elle-même avait conclue le 25 août avec les confédérés. C'est en...
Pàgina 481 - Majesté faire décréter contre moi, et combien que jamais mon intention n'a esté de rien traicter ni faire contre la personne ni le service de...
Pàgina 573 - Ainsi leur dessein est de composer avec elle, et de l'obliger a se contenter de la Flandre et de l'Artois qui lui appartenaient autrefois. Mais pour le Brabant et les autres pays qui étaient autrefois de la dépendance de l'Empire, leur dessein est de les mettre sur l'ancien pied, et d'en donner le gouvernement à quelque prince d'Allemagne, qui ne peut être raisonnablement que le prince d'Orange. Un veut unir la Hollande et la Zélande à la couronne d'Angleterre; ce qu'ils font pour deux raisons....
Pàgina 173 - Marguerite répliqua, avec fermeté et non sans indignation, qu'il lui paraissait plus nécessaire de pourvoir d'abord à ce qu'exigeait le service de Dieu, parce que la ruine de la religion serait un plus grand mal que la perte du pays.
Pàgina 69 - A la fin du repas , Brederode , qui portait la besace au cou, prit une tasse ou écuelle, et, buvant à tous en général , il leur dit qu'il les remerciait de la bonne compagnie qu'ils lui avaient faite, et que, s'il en était besoin, il ne doutait pas qu'ils ne fussent tous prêts pour quelque chose qui pût arriver, et que, quant à lui , il était prêt à mourir pour chacun d'eux en particulier. Tous lui firent raison , avec lesdites besaces au cou , criant : vivent les gueux! ce qui est un...
Pàgina 166 - ... à l'employer cependant, si je ne puis d'une autre manière régler le tout comme je le désire; et, en ce cas, je veux...
Pàgina 339 - Enfin, il s'excusa des paroles trop vives qui avaient pu lui échapper, non par mauvais vouloir, mais dans un moment de passion et de mécontentement. La régente...
Pàgina 197 - ... informa les gouverneurs des provinces, les conseils provinciaux et les magistrats des villes de l'accord qu'elle avait conclu la veille avec les gentilshommes confédérés, elle joignit à sa lettre une ordonnance par laquelle l'inquisition et les placards étaient suspendus, mais qui prescrivait de faire punition exemplaire, en corps et en biens, des briseurs d'images, boute-feux, pillards et perturbateurs du repos public. estant sollicitez d'aucuns affectionnez audict conseil d'Espaigne (ou...

Informació bibliogràfica