Collection des mémoires relatifs à la Revolution française, Volum 7,Pàgina 2

Portada
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 171 - Lamotte , condamnée à faire amende honorable, la corde au cou, à être fouettée et marquée sur les deux épaules, et mise à l'Hôpital pour le reste de ses jours ; M. de Lamotte, absent, condamné par contumace aux mêmes peines que sa femme; M. Villette, banni à perpétuité; M.
Pàgina 27 - Saint-Germain fut le signal d'une effervescence générale. Les gens à charge, les chefs des corps privilégiés, mirent toutes intrigues et tous moyens en usage pour ne souffrir aucune diminution, ni être privés d'aucune prérogative ; ils furent tous merveilleusement secondés par M. de Maurepas, qui, selon sa coutume ordinaire, approuvant tout système de réforme, était le premier à en empêcher l'exécution. Telle était sa facilité vis-à-vis de quiconque lui faisait des représentations...
Pàgina 382 - Berthier, officier de l'état-major, pour prendre des renseignements sur la Bastille, et voir avec vous les précautions qu'il ya à prendre , tant pour le local que pour l'espèce de garnison dont vous pouvez avoir besoin : ainsi je vous prie de lui donner toutes les connaissances relatives à cet objet. J'ai été tranquille sur les premières inquiétudes que vous m'avez données , parce que j'étais sûr de mon fait; et vous voyez qu'il ne vous est rien arrivé. L'avenir est différent , et c'est...
Pàgina 65 - Puisqu'il ne vous a point écrit, il ne veut » point prendre cette voie , et il a raison ; je ne » vous conseillerais pas non plus de l'adopter, je » n'aime point les écritures dans ces sortes d'af
Pàgina 25 - Les bases de son système portaient sur de bons principes. 11 voulait une subordination graduelle, exacte, un service ponctuel et suivi. Connaissant combien l'esprit des grands seigneurs en France est contraire à ces principes, il chercha à les éloi'gner du militaire, et ses premières opérations devaient être la réforme de tous ces corps de faste et à...
Pàgina 74 - M. le duc de Bourbon pour lui faire rompre la [mesure. Dans cet instant, M. le duc de Bourbon a chancelé, et j'ai perdu de vue la pointe de l'épée de M. le comte d'Artois, qui apparemment a passé sous le bras de M. le duc de Bourbon. Je l'ai cru blessé, et me suis avancé pour prier les princes de suspendre : « Un moment, messeigneurs, leur ai-je dit, si vous n'approuvez pas la représentation que j'ai à vous faire, vous serez les maîtres de recommencer; mais , à mon avis , en voilà quatre...
Pàgina 332 - ... dépens des autres , à profiter de la détresse publique pour faire une fortune prompte, ainsi que les courtisans, qui craignaient de trouver son austérité en opposition du produit qu'ils attendaient de leur faveur. On redoutait encore de grandes économies ; on les sentait nécessaires. Quant aux hommes qui jugent froidement, ils doutaient que M. Necker pût suffire aux grandes idées que les circonstances pressantes exigeaient de lui. En quittant mon homme, j'allai chez l'évêque de Langres,...
Pàgina 383 - UNE grande accusation a été élevée contre le baron de Besenval. La commune de Paris l'a dénoncé aux tribunaux et à l'Europe comme "coupable d'être entré dans une conspiration formée contre la liberté du peuple français , celle de l'Assemblée nationale , et contre la ville de Paris en particulier (i), Le baron de Besenval serait bien coupable , en effet , s'il était entré dans une telle conspiration.
Pàgina 295 - ... faites, sans la consulter sur celles qui étaient à faire. Soit que cette princesse les ignorât, ou que l'archevêque et l'abbé de Vermont, qui n'avaient pu détruire madame de Polignac, eussent obtenu qu'elle n'influerait plus dans les affaires, toute voie m'était fermée de ce côté. Quant à moi, toujours bien traité de la reine, à qui je disais, comme je l'avais toujours fait librement , ma façon de penser, j'éprouvais de sa part la même réticence que madame de Polignac, et par...
Pàgina 332 - L'archevêque de Sens est chassé . et M. Necker est rappelé, M. Necker, après lequel nous soupirons depuis si longtemps ! Tout va bien aller! » 11 est certain que M. Necker est peut-être le seul exemple d'un administrateur qui soit parvenu à réunir autant de voix , et une opinion de confiance aussi générale. Il n'avait contre lui que les gens qui cherchent à s'enrichir aux dépens des autres , à profiter de la détresse publique pour faire une fortune prompte, ainsi que les courtisans,...

Informació bibliogràfica