Collection des mémoires relatifs à la révolution française ...

Portada
Saint Albin Berville, François Barrière
Baudouin frères, 1828
 

Què opinen els usuaris - Escriviu una ressenya

No hem trobat cap ressenya als llocs habituals.

Altres edicions - Mostra-ho tot

Frases i termes més freqüents

Passatges populars

Pàgina 173 - Lamotte, condamnée à faire amende honorable, la corde au cou, à être fouettée et marquée sur les deux épaules, et mise à l'Hôpital pour le reste de ses jours; M. de Lamotte , absent, condamné par contumace aux mêmes peines que sa femme ; M. Villette , banni à perpétuité ; M.
Pàgina 74 - J'ai ôté ceux de M. le comte d'Artois , et M. de Vibraye ceux de M. le duc de Bourbon : service qui a pensé lui coûter cher; car, en se relevant, il s'est attrapé sous l'œil, à la pointe de l'épée de M. le duc de Bourbon, qu'il avait, comme je l'ai dit, sous son bras.
Pàgina 74 - Sur cela, chacun a mis son épée nue sous son bras, et les deux princes ont marché l'un à côté de l'autre, en causant ensemble, moi suivant M.
Pàgina 259 - Alors se retournant vers la reine : « Madame, lui dit-il, sans demander à votre majesté une décision qui ne peut être douteuse , il me suffit qu'elle me montre quelque désir que je remette une place que je tiens de ses bontés , pour que je la lui rende ; et voilà ma démission. » La reine la prit, en louant beaucoup sa noblesse et son honnêteté; ce qui ne le dédommagea pas...
Pàgina 370 - Je voulus connaître ce dépôt d'armes; et M. de Sombreuil me conduisit dans le souterrain qui les renfermait. Il me dit que dès la veille, effrayé de l'usage qu'on pouvait en faire , il avait imaginé de faire retirer des fusils les chiens et les baguettes; mais qu'en six heures , vingt invalides , qu'il avait employés à cet ouvrage, n'avaient désarmé que vingt fusils; qu'un esprit 'séditieux régnait dans cette maison ; que depuis dix jours l'argent remplissait les poches des soldats; qu'un...
Pàgina 272 - ... à lui communiquer toutes les affaires importantes avant de les traiter avec lui. Cette détermination du roi, surtout pour un homme contre lequel il avait eu les plus fortes préventions, était une marque bien authentique du pouvoir de la reine, disons mieux, du crédit de l'abbé de Vermont sur cette princesse; car c'était l'instrument dont se servait l'archevêque auprès d'elle pour la diriger , suivant ce qui lui convenait. On ne peut nier que dans les circonstances actuelles, qui demandaient...
Pàgina 232 - ... qu'on dit être de lui, quoique cela fût très-faux, qui d'abord eut un grand succès, et qui bientôt fut critiqué. La reine était à une fenêtre du château, dans une grande impatience d'apprendre des nouvelles de la séance. Du plus loin que Monsieur, qui était dans le carrosse du roi, pût en être aperçu, battant des mains, il fit comprendre que tout avait été au mieux : ce qui lui causa une telle joie, que tout le reste de la journée elle combla de caresses tous les notables qu'elle...
Pàgina 43 - Guémené s'attacha à madame Dillon, fille de madame R*** , à laquelle elle ressemblait parfaitement. Madame Dillon était grande et bien faite, quoiqu'un peu maigre. Elle avait un joli teint, un visage charmant, sur lequel était peinte la douceur de son âme , comme elle l'était dans le son de sa voix. Je ne l'ai pas assez connue pour définir son caractère, qui m'a paru, dans le peu que je l'ai vue, plus attrayant que piquant, et entièrement opposé à celui de sa mère. L'attachement de...
Pàgina 343 - Dijon, forcé par sa compagnie de rompre ce mariage, et menacé , par haine et par vengeance contre M. de Lamoignon , d'en être chassé s'il le consommait. De telles considérations ne sont seulement pas aperçues par un public préoccupé de la seule idée de trouver des torts à la cour, et de s'élever contre elle. La retraite de M. de Lamoignon ouvrit un vaste champ à la joie tumultueuse de la basoche et de la populace salariée par le parlement ; elle brûla l'effigie de l'archevêque de Sens...
Pàgina 233 - Il était extraordinaire, a écrit un contemporain, de voir le roi prêt à faire banqueroute dans un instant où la France était si florissante, la population au degré le plus désirable, l'agriculture et l'industrie poussées à leur comble et Paris regorgeant d'argent.

Informació bibliogràfica