Imatges de pàgina
PDF
[ocr errors]

nom qui embrasse tous les pays a partir de l'Helvétle, de l'Italie et du Danube, jusqu'à la Grèee et a la Macédoine. Elle était habitée en partie par les Celtes, en partie parles Illyriens établis dans PAIbanie actuelle, ainsi que dans la Dalmatie appelée Illyrique, dans l’Istrie et dans la Pannonie. Peut-être se perdirent-ils en se mêlant avec les Slaves, qui, plus tard , occupèrent ces pays. Strabon les distingue desThraces, qui s'imprimaient des piqûres sur la peau, et des Celtes, qui se couvraient le corps d'un enduit coloré.

Parmi ces nations, considérées comme les plus belliqueuses de l'empire, la principale était celle des Boïes, de race celtique, qui dominèrent ensuite sur une grande partie de la Bavière et de l'Autriche modernes, et donnèrent leur nom à la Bohème. Les Taurisques habitaient au milieu des Alpes de Salzbourg, de la Carintliie et de la Styrie, où les mines d'or et de fer attireront les Romains dans la ville de Noreia, qui donna son nom aux deux Noriques; venaient ensuite les Scordisques sur la Save inférieure, d'où ils faisaient des excursions jusqu'en Macédoine. Vaincns par les Daces ct par les Romains, ils abandonnèrent leurs contrées désertes a ces derniers, qui en formèrent les provinces appelées Noricum et Pannonie.

Des rives du Danube aux Alpes s'étendait la Rhétie, province qui fit oublier l’ancien nom des Vendélieiens, et où habitait une nation intrépide, décidée à vivre ou à mourir libre.

A l'orient de l'lllyrique se trouvaient les Mésiens, les Dardanes, les Triballes, barbares intraitables, vivant au milieu de forêts et de marécages, dont l'influence rendait rigoureux un climat qui aujourd'hui rivalise avec le nôtre. La Thrace était aussi sauvage; pays belliqueux entre les monts Hémus et Rhodope, le Bosphore et Fflellespont, qui devint aussi une province romaine. Des colonies grecques s’y maintenaient florissantes , entre autres Byzance, enrichie par le commerce , destinée à remplacer Rome comme capitale de l’empire. La Macédoine, qui avait commandé à l’Asie, exploitait les mines d’or du Pangée et les champs fécondés par le Strymon. Thessalonique y grandissait, et elle se souvenait moins de ses anciens rois que des combats livrés dans les champs de Philippes.

Il est inutile de revenir sur la Grèce et sur ses îles , qui ne se rappelaient plus leur ancienne gloire que pour sentir leur abaissement présent. Le Péloponnèse pou vait passer pour désert en comparaison de ce qu'il était dans ses jours de liberté. Des cent villes de la Laeonie, c'est à peine s'il en restait trente. A Corinthe, on fouillait les cendres pour y trouver des vases précieux. L’Acha'ie n’avait plus de villes importantes; dans la Phocide l'oracle de Delphes était devenu muet (i), et la domination de Borne avait effacé partout, à mesure qu’elle s'était étendue, la variété bizar re des lois et des mœurs.

Qui reconnaîtrait les villes de Péricles et de Léonidas, quand Auguste en parcourant la Grèce accorde à Sparte l'île de Cythère, en récompense de l'hospitalité donnée à Livie durant la guerre de Pérouse; enlève Ëgine et Éréthrie à Athènes, pour la punir de s'être montrée favorable à Antoine; règle chaque chose à son gré, et se voit salué d'bymnes flatteurs par la Muse hellénique? La religion ne prêtait plus son ombre protectrice aux délibérations des cités, mais elle ouvrait encore des refuges aux malfaiteurs; et quand Bome enjoignit aux différentes villes de justifier de leur droit d'asile, Éphèse disputa sérieusement à Délos l'honneur d’avoir donné naissance à Apollon; Magnésie, Aphrodise, Stratonice, Hiérocésarée, Chypre, et d'autres encore, s’appuyèrent sur les traditions et les anciennes inscriptions pour obtenir l'inviolabilité de leurs temples. Onze des plus grandes villes de PAsie ne mirent pas moins d’empressement à se disputer devant le sénat la gloire d'élever un temple à Tibère, ce monstre déifié.

Les Grecs, que Rome reconnaissait pour ses maîtres, dont elle se vantait d'être descendue , pour qui seuls elle avait renoncé à dicter ses ordres et à rendre la justice dans sa propre langue, que seuls elle ne traitait pas de barbares, combien ils étaient méprisés de l’orgueilleux Latini Un des rares diminutifs de son langage était une moquerie pour ce grec (græculus) qu'on rvoyait s’insinuant à Rome comme propre à tout, enseignant, flattant , courant après les plaisirs. La déloyauté grecque était passée en proverbe; Virgile l'immortalisait, et Cicéron la flétrissait a la tribune : « Les témoins, a disait- il, sont Grecs, et déjà repoussés par l’opinion générale. Je ne a leur conteste ni les lettres, ni les arts , ni l'élégance du langage,

[ocr errors]

a nl la pénétration d’esprit, ni l’éloquence mais quant à la loyauté, a et à la religion du serment, cette nation y fut toujours étrana gère; jamais elle ne sentit la force, l’autorité, la grave imc portance des choses saintes. Cette phrase, Jure pour moi, je «jurerai pour toz‘, s’applique peut-être aux Gaulois et aux Es5 paguols? Non, elle n’appartient qu’aux seuls Grecs; si bien «que ceux qui ne savent pas un mot de grec la prononcent dans a cette langue. Si vous observez un témoin de cette nation, son a attitude suffit pour vous faire juger de sa religion et de sa consa cience. Il ne pense qu'à la manière de s'exprimer, non à la vérité a de ce qu'il dit. f-Je récuse tous les témoins produits dans cette a cause; je les récuse parce qu’ils sont Grecs , parce qu’ils apparc tiennent a la plus légère de toutes les nations. v

S'il fait quelque exception en faveur de ceux d’Europe, il condamne tous ceux d’Asie. a Je ne citerai pas des témoignages a étrangers , mais votre propre jugement. L’Asie Mineure se coma pose, si je ne me trompe, de la Plirygie, de la Mysie, de la Carie a et de la Lydie. Est-ce nous, ou bien vous-mêmes, qui avons ina venté ce proverbe: On rfobtlent Heu d’un Plm/glen qzäavec u les élrloièresfCest vous-mêmes qui dites de la Carie : Voulez,- vous courir quelque danger, allez en Carie. Quelle phrase est ç plus usitée que celle-ci pour exprimer le plus profond mépris z a C'est le (lernier des Mysiens? Est-il une comédie ou le valet a ne soit un Carien (l)? n

Tant de mépris au commencement d'une époque dont la fin verra la splendeur de Bome se transporter sur ces rivages décriée, et un empire grec éclipser Fempire latin et lui survivre!

Rome, en attendant, sérigeait en reine et maîtresse; elle étendait sa domination sur un espace de plus de sept cents lieues du nord au midi, de la muraille d’Antonin et de la Dacie jusqu’a l'Atlantique et au tropique; de mille de l’est à l’ouest, de l’Océan à FEuphrate; occupant ainsi une surface de plus d’un million six cents milles carrés ‘entre le 24e et le 56° deg. de latitude, dans les pays .du monde les plus propres à la civilisation. Ces limites furent parfoisv modifiées par quelque conquête, mais pour peu de temps, la nature les ayant tracées par une enceinte de monts, de déserts et de fleuves, barrières infranchissables pour des peuples peu avancés.

(l) Pro Flacco, 1,28.

Cette enceinte embrassait au nord-ouest l’Angleterre et les plaines de l’Écosse, dont les montagnes étaient abandonnées aux Calédoniens. Le Rhin protégeait l’Helvétie et la Belgique; le Danube, les deux péninsules italienne et illyrique. Cette ligne de frontières gagnait la mer Noire; de là, par la chaîne du Caucase, la mer Caspienne et les montagnes centrales de l’Asie. Les Ibères, qui en occupaient la partiela plus sauvage, ne purent jamais être subjugués par les Bomains,qui eurent les Arméniens tantôt pour ennemis, tantôt pour tributaires, jamais pour sujets. De leurs montagnes descendent l’ Euphrate et le Tigre, entre lesquels s’étend la Mésopotamie, où se rapprochaient les Perses et les Romains. Les déserts de l’Arabie servaient de clôture aux collines fécondes de la Syrie , et la mer Bouge a FÉgypte. En appuyant vers le midi, les déserts de la Libye et le Sahara, puis à. l‘occidentl’Atlantique, arrêtaient Pessor des aigles romaines.

Lors du dénombrement fait par ordre de l'empereur Claude, le nombre des citoyens romains s’élevait à six millions neuf cent quarante-cinq mille , ce qui donnerait près de vingt millions en y ajoutant les femmes et les enfants. ll est difficile d'évaluer le nombre des sujets-de l’empire: en s'arrêtant cependant à un terme moyen entre des opinions très-diverses, on peut admettre le double pour les habitants des provinces; la population en esclaves n’étant certainement pas moindre que celle des personnes libres, le chiffre total s’él‘everait ainsi à cent vingt millions d'habitants.

Le monde a vu des empires plus vastes, et il en voit encore; mais ils s’étendent sur des déserts ou sur des populations errantes et grossières. Celui des Romains embrassait les pays les plus civilisés, ceux qui entourent la Méditerranée; et sa domination fut durable , parce qu'elle n’était pas l'effet d'une invasion passagère. Dans chaque prov-ince on rencontrait des villes importantes , dont quelques-unes renfermaient un peuple entier : telles étaient, sans parler de Borne, Antioche, Alexandrie, Carthage , toutes riches de monuments dont la magnificence se fait encore admirer dans leurs ruines.

Telle était l'étendue du territoire que Bome avait acquis par le système de guerre perpétuelle de cette république qui venait de finir. Auguste, répudiant l’ambition des conquêtes, animé du seul désir de fonder un trône dans le Capitole à côté de la statue de la Liberté, n’eut en vue que la paix dans les guerres qu’il eut à soutenir. Ses successeurs eux-mêmes, à qui l’administration d'un aussi vaste empire donnait bien assez d'occupations, furent loin de désirer la guerre, dans la crainte que les généraux ne saccoutumassent, dans des conquêtes lointaines, aux douceurs du commandement. Les généraux, de leur côté, n'étaient plus excités par l'espérance du triomphe ni par l'appât de la gloire, qui revenait tout entière au prince.

D'autres nations se pressaient aux frontières, se poussant comme les flots de la mer,et arrêtées par Pimmobilité menaçante des légions. Uenuemi le plus dangereux pour l’empire romain était la dépravation intérieure qui préparait déjà la dissolution de ce grand corps, au moment même où tout le monde le croyait plein de force et dedvie.

[graphic][merged small][ocr errors]

La plus grande partie du peuple romain et des nations italiques, exclue des droits réservés au petit nombre des heureux qui possédaient la plénitude du droit de cité, était entrée en lutte contre eux pour obtenir des privilèges égaux. De là des discordes intestines qui, durant des siècles, avaient mis aux prises avec les nobles, tuteurs de la liberté aristocratique, la masse de la population , dirigée par des chefs ambitieux, et favorisant l'établissement de tyrannies momentanées, pour arriver à un pouvoir permanent. Elle se borna d'abord à pérorer dans les comices, et à réclamer des lois dans le sens de celles des Gracques; puis , une fois que la puissance des tribuns se fut accrue, elle déclara ouvertement la guerre, en élevant Marins, non moins brave que jaloux des nobles, aussi rempli d’audace que d'ambition et de cruauté. Il distribua les confédérés italiens dans les trente-cinq tribus , de manière à ce qu'ils pussent l'emporter, par le nombre, sur les anciens citoyens. Mais le sénat, soutenu par Sylla, non moins impitoyable que Marins , voulut au contraire les entasser dans les huit tribus dont le vote n'était presque jamais recueilli. La guerre s’cnsuivit, et, après elle , l'horrible système des prescriptions. Sylla, vainqueur, rétablit la république , c’est-à-dire le libre patronage de l'aristocratie; il consolida l'autorité du sénat, et introduisit dans l’armée les soldats mercenaires.

« AnteriorContinua »